Le supercalculateur du Sénégal sera bientôt fonctionnel. Le président de la République a recommandé, lors du conseil des ministres, que toutes les dispositions soient prises pour son installation.

Acquis sous le magistère du Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, Pr Mary Teuw Niane, dans le cadre du Plan Sénégal émergent, le supercalculateur sénégalais est le plus puissant en Afrique sub-saharienne.

L’acquisition de ce méga-ordinateur est d’ailleurs entièrement liée au Plan Sénégal émergent (PSE).

Durant ces dernières années, avoir ce méga- ordinateur est devenu symbole de la modernité et de la puissance technologique.

Les supercalculateurs sont des machines à tout faire. Industrie, santé, agriculture, exploration pétrolière, ou encore changement climatique, ils permettent d’analyser des milliards de données. La machine acquise par le Sénégal est fabriquée par le français Atos. Elle possède une puissance d’un pétaflop.

Lire aussi: Sénégal : le Conseil National du Numérique installé

« Sur la question liée à la recherche scientifique et au suivi de l’installation du supercalculateur, le Président de la République demande au Ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, de prendre les dispositions nécessaires, pour sécuriser les conditions d’installation et d’opérationnalisation du supercalculateur de Diamniadio… »

LIRE AUSSI  Basculement dans le budget programme : la démarche prudente de l’Etat (Par Abdou DIAW, Journaliste économique)

Par conséquent, Macky Sall demande la mise en place d' »un mécanisme de gouvernance et d’utilisation, par les structures publiques et privées, de cet important outil de recherche de dernière génération. »

Lire aussi: Le supercalculateur le plus puissant au Sud du Sahara sera construit au Sénégal

Pour rappel, le Mary Teuw Niane confiait que ce supercalculateur «… va nous permettre de prendre des décisions autour des questions liées à l’agriculture, celles qui ont trait aux crues et à la gestion de l’eau, autour des questions d’érosion côtière. Vous savez que nous avons un problème sérieux à Saint Louis, avec la brèche de la langue de barbarie. Ce sont aussi les questions de changement climatique… mieux connaitre leur impact, pour pouvoir apporter des solutions d’atténuation. »

Une puissance de 537 téraflops


Le Centre national de calcul du Sénégal, dédié aux chercheurs et au secteur privé, permettra de créer un écosystème en simulation numérique et calcul scientifique et d’offrir des formations mises en œuvre par les Universités sénégalaises et portant sur les sciences émergentes et des domaines de pointe comme la Robotique, l’Intelligence Artificielle, le Big Data, la Génétique moléculaire et Bio-informatique, la simulation et le calcul scientifique, la Cybersécurité, sciences et techniques spatiales, etc…
La Société ATOS conformément aux clauses contractuelles accompagnera le développement du Centre pendant cinq (5) ans dans l’exploitation du supercalculateur, le transfert de compétences et la mise en place d’un écosystème en calcul numérique intensif, à travers la création d’un Centre d’Excellence en Programmation Parallèle (CEPP).

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet