La pandémie de la COVID-19 pourrait être une bénédiction déguisée pour la croissance future de l’Afrique, car des idées innovantes pour y faire face pourraient tracer la voie pour les futures économies basées sur la technologie, disent des scientifiques.

Les technologies qui ont été développées en réponse à la COVID-19 en Afrique comprennent les chatbots WhatsApp en Afrique du Sud, les outils d’autodiagnostic en Angola, les applications de recherche de contacts au Ghana et les outils mobiles d’information sur la santé au Nigéria.

« L’avenir de l’Afrique dépend de la technologie et de l’innovation qui sont essentielles pour relever les défis de la faible transformation structurelle et du développement inclusif sur le continent », déclare Moredreck Chibi, conseiller régional de l’OMS Afrique pour l’innovation, dans une interview accordée à SciDev.Net en décembre 2020.

« Il est nécessaire d’investir dans l’innovation en tant que changement absolu et fondamental du modèle économique traditionnel du continent », ajoute ce dernier.

“Il est nécessaire d’investir dans l’innovation en tant que changement absolu et fondamental du modèle économique traditionnel du continent”

Moredreck Chibi, OMS Afrique

Moredreck Chibi explique que certaines technologies de la santé, en développement rapide pendant la pandémie de COVID-19, incluent la reconfiguration du système d’information des districts de santé dans des pays comme le Kenya, l’Afrique du Sud et l’Ouganda pour offrir des fonctionnalités clés telles que la détection accélérée des cas, les rapports de situation, la surveillance active et la riposte à la COVID-19.

LIRE AUSSI  Le mobile pour ouvrir l’Afrique aux marchés mondiaux

Et dans une analyse récente menée par le Bureau régional de l’OMS pour l’Afrique, l’Afrique revendiquait 120 des 1000 technologies nouvelles ou modifiées déployées dans le monde pour répondre à la COVID-19, aussi bien en matière de surveillance que de traitement, de prévention et de contrôle.

Lire aussi: L’innovation n’est pas un dogme

Selon cette analyse, le Kenya, le Nigéria, le Rwanda et l’Afrique du Sud étaient les principaux innovateurs – avec 37% des innovations du continent – principalement en raison des cadres d’innovation existant dans ces pays.

Robot à l’hôpital Abderrahmane Memmi de l’Ariana,
Robot à l’hôpital Abderrahmane Memmi de l’Ariana,

L’analyse de l’OMS Afrique, menée entre juillet et septembre 2020, a examiné par voie électronique 1000 innovations technologiques relatives à la COVID-19 à partir de bases de données scientifiques telles que PubMedGoogle Scholar et Scopus et à l’aide d’une instruction d’exploration personnalisée pour rechercher sur le Web du texte, des images, de l’audio ou des vidéos sur les innovations.

Les chercheurs ont également examiné toutes les technologies liées à la COVID-19 publiées sur différents sites Web d’organisations, des canaux de médias sociaux tels que Twitter et sur plusieurs canaux de médias locaux et internationaux.

Moses Makayoto, ancien directeur adjoint de l’Institut de recherche et de développement industriel du Kenya, mais aussi chercheur et innovateur kényan, affirme que le nombre de nouvelles innovations technologiques issues de certains pays africains n’est pas surprenant.

LIRE AUSSI  Et si l’action était l’unique option pour l’Afrique ?

Selon ce dernier, un bon système éducatif est l’une des raisons de la croissance de l’innovation africaine liée à la COVID-19, ajoutant que de nombreux établissements africains d’enseignement se débrouillent bien dans les classements mondiaux.

« Les universités et collèges techniques du Kenya, par exemple, occupent une place de choix sur le continent et dans le monde. Des recherches et des innovations de premier ordre se déroulent constamment dans ces institutions », explique Moses Makayoto à SciDev.Net

« Les idées sont transformées en réalité dans divers centres d’incubation technologique à travers le pays », dit-il.

Silicon Valley africaine

Selon Moredreck Chibi, l’origine du mouvement technologique africain peut être attribuée au Kenya, qui a abrité plusieurs innovations technologiques entre 2007 et 2010, faisant de ce pays la Silicon Valley africaine.

Mais bien que de nombreux pays africains aient des politiques, des cadres stratégiques et des investissements pour l’innovation, peu de pays africains créent et mettent en œuvre des innovations, dit-il.

Présentation du robot DR CAR

Peter Ofware, directeur national de HealthRight International au Kenya, déclare que la technologie joue un rôle clé dans le secteur de la santé et donc dans les économies des pays pauvres en ressources.

LIRE AUSSI  Pr Lamine Ndiaye trace la voie pour une université du futur

« Il est donc encourageant de constater que la créativité des innovateurs est inspirée même par une crise comme le COVID-19…, le plus grand défi sanitaire depuis une génération », affirme-t-il.

Lire aussi: L’Afrique n’est « pas encore prête » pour les vaccins contre la COVID-19

Il est nécessaire d’améliorer les cadres politiques existants et d’investir dans l’amélioration des infrastructures pour stimuler la croissance de l’innovation technologique.

« Les gouvernements ont la responsabilité de sensibiliser les jeunes qui sont à l’origine de la plupart des start-up sur le fait qu’ils tiennent l’avenir de leur pays grâce à de telles innovations », explique Peter Ofware à SciDev.Net.

« Les grandes entreprises technologiques et les fournisseurs de services TIC ont la responsabilité sociale des entreprises de mettre en place des mesures incitatives pour les start-up », conclut-il.

La version originale de cet article a été produite par l’édition de langue anglaise de SciDev.Net pour l’Afrique subsaharienne.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet