Voici pourquoi les agriculteurs camerounais gagneraient à s’arrimer à l’usage des différentes startups et autres applications prônées par le géant chinois en matière de télécommunications Huawei pour booster et révolutionner leur secteur.

La digitalisation de l’agriculture renvoie en gros à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans le secteur agricole, mais aussi de l’utilisation de nouvelles technologies digitales. La digitalisation a un impact positif sur la productivité, l’accès aux marchés, l’inclusion financière et l’offre de services.

En effet, les nouvelles technologies facilitent et accélèrent la communication des prix. Elles permettent également aux communautés de producteurs de se regrouper et de contrôler une plus grande part des marchés et de la chaine de valeur. En connectant ainsi les agriculteurs comme le souhaite Huawei, le géant chinois entend leur faciliter l’accès aux informations sur les marchés d’intrants et de produits, et ainsi que l’accès aux services de conseil.

De manière plus générale, la digitalisation de l’agriculture pourrait aider à créer des centaines de milliers de postes dans la technologie agricole, le support informatique et la transformation des produits agricoles. Elle sera utile pour améliorer la qualité de vie des producteurs, ainsi que leurs revenus. Le seul défi que devra relever Huawei est celui de mette en place des stratégies efficaces visant à l’entreprise de déployer sa connectivité en zone rurale.

LIRE AUSSI  WorldRemit rejoint la galaxie des services de Huawei accessibles à plus de 100 millions de comptes mobile money

Rappelons tout de même que le Cameroun s’est toujours activé à améliorer l’accès de tous aux technologies de l’information et de la communication. Il s’est fixé pour objectif, dans la stratégie sectorielle des Tic, de doter à 40 000 villages de moyens de télécommunications, et de mettre à la disposition du public une offre d’accès internet de 2 Mégabit/seconde dans toutes les villes ayant une centrale numérique et de multiplier par 50 le nombre d’emplois direct et indirect.

Avec Lavoixducentre

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet