Des étudiants de la «Dakar American University of Science and Technology» (DAUST) ont produit leurs premières gouttes de carburant fabriqué à partir de déchets plastiques a appris Social Net link.

Il s’agit d’un projet  qui entre dans le cadre d’une collaboration internationale entre les étudiants de l’université et des sociétés spécialisées basées aux USA .

 L’idée est de créer un consortium d’économie circulaire qui est géré localement autour des déchets plastiques. 

«Nous voulons  développer un système très simple et utilisable par  tout le monde pour transformer les déchets plastiques en carburant. Le prototype développé en partenariat avec ces entités américaines est un système simple où il n’ y a pas d’ingénieries complexes » a expliqué Ibrahima Ka, président de DAUST

 La production du carburant à partir des déchets plastiques appelée pyrolyse se fait dans un environnement fermé en absence d’oxygène où l’émission de gaz est presque inexistante. 

Le plastique est ensuite  chauffé à une température à plus de 400°C avant sa transformation en gaz . C’est à partir de la condensation (refroidissement) de ce gaz , qu’on obtient différents types de carburant.

La technique n’est pas pour autant nouvelle. Du point de vue scientifique, elle a été prouvée et connue depuis longtemps.

Selon Ibrahima Ka, c’est au niveau de l’ingénierie que les choses restent à résoudre dans le processus de production de carburant de bonne qualité.

C’est pourquoi, son équipe tente de simplifier le processus afin de produire des prototypes adaptés pour la population locale. 

«  Dans notre approche, le plus important du projet,  c’est l’aspect  simplification de la technologie  pour que n’importe qui puisse l’utiliser» ajoute le Docteur en électronique de puissance, avant de préciser que le carburant produit dans le cadre du projet sera analysé mais à l’avance, l’équipe connaît déjà la composition à effectuer pour avoir une bonne qualité.

Des prototypes pour la population locale

Le carburant pourrait être utilisé  pour alimenter par exemple un groupe électrogène, faire  du chauffage ou pour la cuisson. 

L’idée pour l’équipe de DAUST est de faire comprendre à la population locale qu’avec  des déchets plastiques, elle peut utiliser leur  prototype pour avoir du carburant.

Cette utilisation de masse permettra de réduire l’impact des déchets plastiques sur l’environnement dans les années à venir sachant que les émissions ne sont pas très polluantes dans le processus de fabrication à part l’utilisation finale qui sera faite du produit mis à la disposition du consommateur. 

Joint par Socialnetlink, l’ ingénieur Généraliste Centrale Lyon ajoute que son équipe aimerait déployer 5 prototypes dans les environs de Dakar et Somone pour voir comment les gens pourront l’utiliser.

Ibrahima et sa team comptent relever le défi en faisant un focus d’abord sur la communauté  locale. «C’est pourquoi on a monté le projet pour dire à la communauté de générer de la valeur ajoutée à partir des déchets plastiques  à travers notre solution».

Pour lui, le projet n’a pas forcément besoin de  l’implication des pouvoirs publics. 

Cependant, précise l’Ingénieur de conception en Génie électrique (ESP Dakar), “ ils ont toujours la possibilité d’appuyer pour la production de prototypes à mettre à la disposition de la population».

L’autre niveau pour les étudiants,  c’est de pouvoir collaborer avec  des industriels. 

«Nous sommes en contact avec des industriels qui  sont intéressés par notre système pour pouvoir traiter leurs déchets plastiques. Au-delà de cet aspect,  les pouvoirs publics comme l’Etat du Sénégal  sont à un troisième niveau d’implication  dans ce système s’ils arrivent à nous soutenir»

Ibrahima est sûr et certain que  cette  technologie disponible,  doit pouvoir être développée au Sénégal, car cela  relève de la volonté politique.

D’autres pistes de recherches sont en cours. Son équipe «est train de mener des recherches plus poussées  pour voir comment transformer le plastique issu des bouteilles d’eau en carburant utile et de bonne qualité».

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet