La levée de fonds est super importante dans un pays, les américains l’ont très bien compris, les israéliens aussi.

Prenez l’exemple de la startup americaine Wave. Les 02 fondateurs ont bénéficié du soutien de Y Combinator qui est une entreprise américaine de financement précoce de startups, ce qu’on appelle « early stage ».

Y Combinator fournit un capital d’amorçage, des conseils et des mises en relation au cours de deux programmes annuels de 3 mois. En échange Y Combinator prend en moyenne 7 % des capitaux de la société.

Ensuite de Founders Fund ( https://foundersfund.com/) last but not least, il y a eu Partech qui a injecté environ 04 millions d’euros même si on sait que le second round up ces derniers voulaient encore donner plus d’argent mais en 2020 avec la pandémie WorldRemit a acquis Sendwave à hauteur de 500 millions de dollars évitant ainsi à #Wave de recourir à l’argent d’autre VC.

Le modèle économique de Wave est très simple et très pivotable. La vente de devises sur les marchés financiers est lucatrif.

Savez – vous combien coûte la conversion d’un dollar américain en CFA?

Le CFA étant arrimé à l’euro, toute devise étrangère doit être converti en euro avant de l’être en CFA… Vivement que ça change… bref on parlera du CFA dans un autre chapitre.

LIRE AUSSI  Transfert d'argent: Orange Côte d’Ivoire déclare la guerre à Wave

Pour comprendre ces marges très faibles il faut réfléchir sous l’angle startupers comme les 02 fondateurs de Wave, qui n’ont pas la même compréhension des fintechs que la plupart des africains, ils le voient sous le prisme americain, qui autorise la théorie du « cash burn » qui est la somme d’argent qui est dépensée par une entreprise sur une période donnée, indépendamment du fait que l’activité génère ou non de la trésorerie. ( Wave a été aidé par la vente de Sendwave qui a rapporté beaucoup)

Les pays dans lesquels vous trouvez des fonds comme Y combinator, founderfunds, le Sillicon valley que notre grand frère Tidjane Deme connait très bien pour y avoir travaillé pendant très longtemps.

Pour la petite histoire, je n’ai pas arrêté de demander au grand frère combien il avait donné Wave il a toujours refusé ( c’est en Ethiopie que j’ai eu l’info lol) ….

Aujourd’hui au #Senegal des fonds comme Teranga Capital Orange Ventures et consorts ont un modèle pas trop adapté à mon avis…

Heureusement en fonds d’amorçage La Délégation Générale à l’Entreprenariat Rapide – DER joue un rôle très important.Si nous voulons avoir des champions qui vont résister, il nous faudra être plus solidaires et ne pas toujours laisser les choses aux mains des autres ….

LIRE AUSSI  Mobile Money au Sénégal: vers la chute des coûts de services?

Il est possible d’avoir des champions nationaux mais avec l’aide de tout le monde.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet