La corruption est loin de disparaître au Sénégal. Elle constitue l’un des plus grands freins au développement du pays. Elle fait perdre chaque année au continent africain, près de 148 milliards de dollars, soit 25% du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique (Financial Africa, 2019).

D’après le rapport d’AfroBarometer parcouru par Socialnetlink, la grande majorité (75%) des Sénégalais affirment que la corruption a augmenté dans le pays au cours des 12 dernières années. Seuls 10% soulignent une baisse du niveau de la corruption.

La police et la gendarmerie en tête du peloton corrompu

 La police et la gendarmerie sont les deux corps les plus corrompus selon le document.  « La hausse de la corruption est plus perçue chez les policiers et gendarmes : Presque la moitié (47%) des citoyens estiment que « la plupart d’entre eux » ou « tous » sont corrompus – une augmentation de 18 points de pourcentage depuis 2017« , détaille le rapport qui précise que cette note est suivie par les députés et les conseillers municipaux ou départementaux (+13 points de pourcentage), les juges et magistrats (+12 points), les officiels de la présidence (+11 points) et les fonctionnaires (+7 points).

LIRE AUSSI  Wari assigne le groupe Millicom en justice pour le 13 novembre 2017

L’équipe d’Afrobarometer au Sénégal, conduite par le Consortium pour la Recherche Economique et Sociale (CRES), s’est entretenue avec 1.200 adultes sénégalais en décembre 2020 et janvier 2021.

 Un échantillon de cette taille produit des résultats nationaux avec des marges d’erreur de +/-3 points de pourcentage à un niveau de confiance de 95%. 

Une lutte pas très dense 

Le gouvernement, malgré sa volonté de lutter contre la corruption avec la création depuis 2012 de l’Office National de Lutte Contre la Fraude et la Corruption (OFNAC), une autorité administrative indépendante dotée de l’autonomie financière, peine à convaincre les Sénégalais. 

«Plus de trois quarts (77%) des Sénégalais jugent « plutôt mal » ou « très mal » les performances du gouvernement en matière de lutte contre la corruption au sein de l’administration publique» ajoute le rapport .

Le plus grave est malgré la conscience de l’ampleur du problème de la corruption, la grande majorité (77%) des Sénégalais affirment que les citoyens risquent des représailles ou autres conséquences négatives s’ils dénoncent des actes de corruption d’où la nécessité que les résultats du rapport 2021 , suggèrent la mise en place par les autorités de réponses institutionnelles impliquant davantage les Sénégalais dans la lutte contre ce fléau qui gangrène la société.

LIRE AUSSI  Promobile et Sonatel, des services de qualité, accessibles pour toutes les couches...

Afrobarometer est un réseau panafricain et nonpartisan de recherche par sondage qui produit des données fiables sur les expériences et appréciations des Africains relatives à la démocratie, à la gouvernance, et à la qualité de vie. 

Sept rounds d’enquêtes ont été réalisés dans un maximum de 38 pays entre 1999 et 2018. Les enquêtes du Round 8 en 2019/2021 couvrent 34 pays. Afrobarometer réalise des entretiens face-à-face dans la langue du répondant avec des échantillons représentatifs à l’échelle nationale.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet