Le monde universitaire est caractérisé par la production de savoirs scientifiques. Ainsi, ce sont des travaux qui s’appuient toujours sur des faits prouvés, des objectifs avec des validations et, surtout des références. Cependant, avec le développement des technologies de l’information et de la communication, les étudiants accèdent facilement à des millions de livres, textes, vidéo, images en quelques clics. Un tel fait rend, non seulement, facile la production de textes dans la carrière d’un étudiant ou d’un chercheur mais peut mener aussi vers le plagiat.

Alors c’est quoi le plagiat, quelles précautions faut-il prendre pour l’éviter lors d’un travail académique?

En plus de ces questions nous aborderons comment innover avec les technologies numériques en évitant le plagiat. Ensuite, il sera question de comment former et sensibiliser les acteurs à la question du plagiat au regard des TIC.

Le concept de plagiat

En parcourant la littérature scientifique et les dictionnaires on peut conclure que les définitions du concept de plagiat se retrouvent en un point : l’appropriation du travail d’autrui sans y faire référence.

Il s’agit de l’utilisation d’une production intellectuelle qui ne provient pas de nous, la reformulation ou le résumé d’une idée, sans mentionner la source ou citer l’auteur.

Dans la Rome antique c’est le terme « plagiarius » qui était utilisé. Il pouvait désigner ainsi, « soit un voleur d’esclave soit quelqu’un qui vendait comme esclave une personne libre. » On rapporte aussi que « Martial est le premier à avoir appliqué le terme dans un sens figuré pour désigner quelqu’un qui s’était approprié ses vers (1, 52, 9). En raison de cette origine substantive, l’action de s’approprier les textes et les idées d’autrui sera longtemps désignée en français par une périphrase construite à l’aide du nom d’agent, plagiaire (attesté dès 1560), et ce n’est que plus tard qu’apparaîtront les mots désignant l’action correspondante sous une forme nominale, plagiat (1697), ou verbale, plagier (1801). »

Si l’on se rapporte au dictionnaire Littré, l’action de plagiaire est de celui qui s’approprie des portions de livres. En plus, on y rapporte l’appréciation du concept selon quelques grands auteurs de la littérature.

« Le plagiat est incontestablement un des délits les plus graves qui puissent se commettre dans la république des lettres, et il y faudrait un tribunal souverain pour le juger, BONNET, Lett. div. Œuv. t. XII, p. 206, dans POUGENS. Quand un auteur vend les pensées d’un autre pour les siennes, ce larcin s’appelle plagiat, VOLTAIRE, Dict. phil. Plagiat. Le plus singulier de tous les plagiats est peut- être celui du père Barre, auteur d’une grande histoire d’Allemagne en dix volumes;on venait d’imprimer l’Histoire de Charles XII, et il en prit plus de deux cents pages qu’il inséra dans son ouvrage, VOLTAIRE, ib.

Christian Vandendorpe (Lettres françaises, Université d’Ottawa, Colloque, 1992) nous dit que: « Le plagiat est un terme à connotation morale et esthétique, par lequel on désigne en littérature le fait qu’un texte reprend, de façon non avouée et plus ou moins fidèlement, un élément textuel provenant d’un autre auteur. Ce terme n’a pas cours en droit, où l’on parlera plutôt de contrefaçon et d’infraction à la loi du droit d’auteur (copyright).»

Il y a différentes manières de plagier comme: le plagiat direct ; l’auto-plagiat ; payer pour le travail de quelqu’un d’autre, paraphraser sans citer la source, le plagiat « copier-coller ».

Quelles sont les causes et les précautions à prendre pour éviter le plagiat ?

Tout étudiant ou chercheur doit faire preuve d’intégrité lors de ses études ou recherches. C’est une question de responsabilité et de qualité dans le travail réalisé destiné à une communauté intellectuelle dont on fait partie. Par conséquent, il très important de prendre certaines précautions pour éviter de plagier. Mais quelles sont les causes du plagiat ?

LIRE AUSSI  L'UGB remporte le 1er prix du Africa Innovation Challenge de Nestlé

Causes du plagiat

Selon le guide sur le plagiat et l’intégrité intellectuelle de l’université de Montréal, les causes du plagiat sont :

« Méconnaissance de ce qu’est le plagiat ; Mauvaise connaissance des règles pour la citation des sources et pour la création d’une médiagraphie ; Maladresses méthodologiques ; Perception que ce qui se trouve sur Internet appartient à tous et peut être réutilisé sans permission ; Difficultés en rédaction, faibles habiletés langagières ; Différences culturelles ; Manque de temps pour faire le travail, panique ; Pression d’obtenir de bons résultats ; Sentiment qu’on est incapable de faire le travail soi-même ; Manque d’intérêt pour le travail à faire ;Impression que tous les autres trichent, Etc.»

Précautions pour éviter le plagiat

Comme nous venons de le voir, les causes du plagiat sont diverses. Alors, quelles sont les précautions à prendre pour respecter la propriété intellectuelle ? Avant tout, il convient de :

  • mettre toujours ses sources, que ce soit un livre, un article scientifique, article de presse, image, statistiques, etc. Pour cela, préciser le nom de l’auteur, le nom de l’ouvrage, le titre de l’article, l’adresse web…
  • mettre entre guillemets tout paragraphe ou toute phrase copier ailleurs.
  • ne changer aucun mot de l’expression qu’on a copiée.
  • si on utilise, reformule ou résume une idée, indiquer explicitement qui est l’auteur àl’origine.
  • respecter l’idée originale de l’auteur quand on paraphrase ou résume un texte.

Comme nous l’indique le livre blanc sur le plagiat, « résumer correctement consiste à rapporter les propos d’un auteur sans les dénaturer, les modifier dans leur fond et sans donner trop de détails. »

  • créer toujours une liste des sources consultées lors de la rédaction d’un travail.

Innover avec les technologies numériques et éviter le plagiat

Selon Olivier BOT qui enseigne la recherche sur Internet à l’École de journalisme de Grenoble, le « Web dans toutes ses dimensions offre pourtant de nouvelles opportunités: une puissance documentaire inégalée, un carnet d’adresses infini, une mémoire puissante, des moyens d’alerte rapide, une automatisation des tâches, des matériaux et des outils d’enquête pertinents ainsi que des réseaux d’interactivité étendus, tant dans l’élaboration des sujets que dans l’évaluation des articles. » Néanmoins, il est aussi l’origine de nombreux pièges liées aux sources d’informations.

L’effet plagiat actuel est souvent attribué à l’accès facile à internet. Beaucoup trouvent que c’est le web qui pousse et facilite le plagiat chez les étudiants. Et pourtant, les technologies nous permettent de détecter facilement et rapidement le copier-coller. D’ailleurs, le Pr Daniel Peraya « croit pas qu’on vise la bonne cible en pointant du doigt l’Internet. » Pour lui, il est étonnant qu’on accuse la technologie qui nous facilite de déceler le plagiat.

En conséquence, il existe plusieurs plateformes et logiciels qui permettent de détecter le plagiat. Avec le web, il suffit de lancer certaines requêtes dans des moteurs de recherches pour repérer l’existence d’un contenu. En plus, même les images et vidéo sont vérifiables en ligne.

Comparer des textes ou fichiers

XL Comparator, une application en ligne qui permet de comparer des fichiers XL etCSV.

TinEye, un outil efficace de recherche d’image copiée ou parodiée. Il suffit de téléverser le fichier original ou saisir une adresse URL. Le service affiche alors les images ressemblantes issues de sa base. Des plugins pour Chrome et Firefox sont disponibles.

Comparer des mots, expressions ouphrases

Pour cela, il y a 3YA, un outil en ligne « librement mis à la disposition de tous ». La phrase ou l’expression saisie est recherchée dans trois services de Google: Google Books, Google Scholar et Google. »

LIRE AUSSI  Dispositifs de formation avec les technologies: Avantages et limites de quelques outils de collaboration

Détecter des copies de textes sur le WebCopyscape : Recherche de copies d’une URL sur leweb.

Dupli Checker : Service de détection qui propose plusieurs modes de recherche: texte, URL, fichier .txt. Vous pouvez alors lancer votre requête sur Google, Yahoo ou Bing.

Google alertes : Initialement prévu comme un outil de veille, il peut également servir à vérifier que telle ou telle expression n’est pas ré-utilisée ailleurs sur le web. Les différentes occurrences sont signalées par envoi sur votre messagerie.

Plagium : Service en ligne qui recherche des copies de textes sur le web. Vous pouvez soumettre directement un texte ou une URL. Un service d’alertes est également proposé (inscription obligatoire).

The plagiarism checker : Service en ligne qui permet de copier-coller un texte afin de détecter d’éventuelles copies en ligne. Vous avez la possibilité de télécharger des fichiers Word.

Logiciels dédiés

Compilatio: « Leader francophone et européen de la détection et de la prévention du plagiat », vous avez accès à « des ressources anti-plagiat pédagogiques pour enseignants et étudiants : logiciels détection de similitudes, supports de prévention, modules de formations… »

Magister: C’est un logiciel destiné aux enseignants proposé par Compilatio. il permet de vérifier le plagiat dans les travaux de leurs étudiants. « Les enseignants ont accès à ce logiciel et à d’autres ressources pédagogiques dès lors que leur établissement à souscrit un abonnement à notre programme. »

Quant à Studium, c’est un logiciel qui permet aux étudiants de vérifier s’ils « ont bien cité leurs sources avant de rendre leurs devoirs. »

Promotion des ressources éducatives libres

Promouvoir la production de ressources éducatives en accès libre sur internet serait un bon moyen d’éviter le plagiat.

En effet, « l’existence d’un nombre croissant de ressources sous licence libre apparaît comme un élément de progrès intéressant pour les enseignants qui peuvent par exemple mixer ou adapter des ressources préparées par des collègues sans être accusés de plagiat. » D’où l’importance de Creative Commons, une association à but non lucratif qui élabore les licences Creative Commons qui régissent les conditions de réutilisation et/ou de distribution d’œuvres notamment multimédias diffusées sur Internet.

Déjà, il existe plusieurs dizaines de millions de ressources publiées sur la toile sous cette licence. Autrement, les étudiants et chercheurs peuvent les utiliser sans enfreindre la loi sur la propriété intellectuelle. Ainsi, « pour trouver ces ressources, le moteur de recherche CC Search s’avère fort utile.»

Former et sensibiliser sur la question du plagiat au regard des TIC

Le guide sur le plagiat et l’intégrité intellectuelle nous donne plusieurs pistes. Vu que le plagiat n’est pas enseigné au lycée car les enseignants aussi ne sont pas formés sur le domaine, tous les étudiants n’ont pas « une même compréhension de ce qu’est le plagiat ou la même perception de la gravité du plagiat (ou d’un autre manquement à l’intégrité intellectuelle). »

Dès lors, il est important d’aider ces étudiants à saisir les enjeux du plagiat dans le monde universitaire. Il faut que tout le monde s’y mette : entre collègues, profs, encadreurs, bibliothécaires, informaticiens, administrations, etc.

Informer

Il faudrait donner « la définition du plagiat et de l’intégrité intellectuelle ; Montrer des exemples ; Faire connaître les politiques du collège ; Expliquer les conséquences ; Expliquer l’importance d’être intègre intellectuellement… » Et comme le dit Peraya, « mieux vaut prévenir que de devoir sévir durant les examens! ».

Former

Informer s’accompagne avec former. C’est pourquoi, il est recommandé de former sur : « Comment insérer une citation mot-à-mot ou une paraphrase dans un travail ; Comment ajouter une référence directement dans le texte ; Comment rédiger une médiagraphie ; Comment utiliser un logiciel de gestion médiagraphique… »

LIRE AUSSI  L'USSEIN, une université d'excellence

En outre, les professeurs d’université, les formateurs des enseignants devraient être des exemples en citant leurs sources lors de leurs interventions (cours). Ils doivent parler, partager l’importance qu’ils accordent à l’intégrité intellectuelle. « Si vous souhaitez que vos étudiants adoptent de bonnes habitudes en lien avec l’intégrité intellectuelle, vous devez leur montrer que vous les avez adoptées vous-même! »

Le plagiat a été toujours un enjeu majeur dans la production intellectuelle. C’est un phénomène qu’on retrouve chez les écrivains, musiciens, scientifiques, voire tout domaine en rapport avec la création.

Par conséquent, ce sont les universités qui doivent prendre les mesures nécessaires pour le réduire dans les travaux des étudiants. A cet effet, en plus des logiciels et plateformes de détection de plagiat, il nécessite de mettre en place des « Commissions Ethique et Plagiat » afin d’encadrer et suivre les étudiants.

Nous vivons dans une société de l’information caractérisée par l’infobésité. De ce fait, enseignants et étudiants « peuvent être confrontés à des cas de plagiat ou de manquement à l’intégrité intellectuelle, peu importe leur discipline. »

Surtout, comme l’indique Daniel Peraya, nous avons certaines tensions entre enseignant.e.s et étudiant.e.s. Par ce que simplement, nous avons d’un côté (chez enseignants), des savoirs académiques et des digital immigrants. D’un autre côté (chez les étudiants), de savoirs narratifs et de digital natives.

Bibliographie

Bergadaà, M. (2015). Une brève histoire de la lutte contre le plagiat dans le monde académique. Questions de communication, 27, 171-188. https://doi.org/10.4000/questionsdecommunication.9787
Chercher et enquêter avec Internet – Préface de Johan Hufnagel – Olivier Bot (EAN13 : 9782706142208) | PUG : livres papiers et numériques en ligne. (s. d.). PUG. Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://www.pug.fr/produit/1619/9782706142208/chercher-et-enqueter-avec-internet
Cours : Quest-ce quele plagiat?(s. d.). Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://educnet.enpc.fr
Foire aux questions (FAQ). (s. d.). Vice-President Academic and Provost. Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://www.uottawa.ca/vice-recteur-etudes/lintegrite-etudes/ressources-lintention-etudiants/foire-aux- questions-faq
Guibert, P., & Michaut, C. (2011). Le plagiat étudiant. Education et societes, n° 28(2), 149-163.
Jeffrey, D., & Dias, W. (2019). Perceptions du plagiat par de futurs enseignants québécois : Dimensions éthiques et pédagogiques. Canadian Journal of Education/Revue canadienne de l’éducation, 42(3), 767-790.
Le plagiat. (s. d.). Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://ruor.uottawa.ca/bitstream/10393/12793/4/Vandendorpe_Christian_1992_Le_plagiat.htm
Le-plagiat-et-autres-types-de-triche.pdf. (s. d.). Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://compilatio.univ- paris1.fr/uploads/8e2188a715f87e299d41fe6ebaee7a87/fichiers/le-plagiat-et-autres-types-de-triche.pdf
Les 5 Types de Plagiat—Comment les Eviter dans votre Document ? (2018, avril 11). Scribbr. https://www.scribbr.fr/le-plagiat/types-de-plagiat/
Littré—Plagiat—Définition, citations, étymologie. (s. d.). Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://www.littre.org/definition/plagiat
Livre-blanc-plagiat-final2.pdf. (s. d.). Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://cursus.edu/media/upload/livre- blanc-plagiat-final2.pdf
Peraya, D. (2009). Les technologies au risque du plagiat? Technologies, mutation des connaissances et de lapprentissage:Impactsur lesmétiers denseignantetde l’étudiant.
Tse:Attention au plagiat!(s. d.). Consulté 11 avril 2021, à l’adresse https://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/plagiat-en-these-5-conseils-pour-eviter-le-copier-coller.html

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet