Boeing estime que les compagnies africaines auront besoin de 1030 nouveaux avions – dont 740 monocouloirs et 250 gros porteurs – au cours des deux prochaines décennies pour une valeur de 160 milliards de dollars, auxquels seront associés les services après-vente liés au MRO, à la supply chain ou encore à la production, évalués à 235 milliards de dollars.

Selon les dernières données du Commercial Market Outlook (CMO) 2021-2040 de Boeing, la flotte des compagnies aériennes de la région atteindra ainsi les 1560 appareils dans vingt ans contre 530 actuellement. 

D’après les projections de l’avionneur américain, les transporteurs africains augmenteront leur flotte de 3,6% par an pour accueillir une croissance du trafic passagers de 5,4% par an, le troisième taux de croissance le plus élevé au monde. 

Dans le même temps, les besoins en recrutement s’établissent à 63 000 nouveaux professionnels d’ici 2040, dont 19 000 pilotes, 20 000 techniciens et 24 000 membres d’équipage de cabine. 

Boeing fonde ses perspectives sur la solide dynamique de la croissance économique du continent, qui devrait être de 3% par an au cours des deux prochaines décennies. Des initiatives telles que la zone de libre-échange continentale africaine et le marché unique du transport aérien africain «devraient stimuler le commerce, le transport aérien et la coopération économique ». Par ailleurs, la classe moyenne et la population active du continent devraient doubler d’ici à 2040, avec pour conséquence une augmentation de la demande de transport aérien, affirme le constructeur.