Le Sénégal dispose désormais d’un cadre de référence des interventions dans l’Education de base des jeunes et des adultes (Ebja). Le document a été validé au cours d’un atelier d’échanges et de partage des différents acteurs du sous-secteur. Cette réforme permettra d’ouvrir le maximum de classes d’alphabétisation numériques, pour enrôler plus d’un million d’enfants sénégalais hors du système.

Comment généraliser l’Education de base des jeunes et des adultes, afin de lutter contre l’analphabétisme ? La question a réuni les techniciens du ministère de l’Education nationale, ses partenaires techniques et financiers, les acteurs du sous-secteur et les membres de la Société civile. Une rencontre sanctionnée par la validation d’un cadre de référence des interventions dans l’Education de base des jeunes et des adultes (Ebja)

Dans son discours, le Secrétaire général du ministère de l’Education nationale a indiqué que l’éducation et la formation constituent des leviers importants pour l’amélioration des conditions économiques, sociales et culturelles de la Nation. Fort de cela, elle a soutenu que le ministère de l’Education nationale «s’est engagé avec l’appui de l’Usaid-Passerelles, dans cinq offres d’éducation complémentaire comme alternative, en réponse aux options d’éducation initiées par les communautés, d’où l’originalité du cadre de référence, en vue de parvenir à une gestion cohérente et systématique des interventions».

LIRE AUSSI  E-commerce : CFAO lance une plateforme de vente en ligne au Sénégal

Le cadre de référence est un cahier de charges qui permet aux décideurs de disposer d’un instrument adéquat, afin de mettre de l’ordre dans les différentes interventions. Ainsi, une synergie d’actions est vivement recommandée pour son appropriation. La directrice adjointe de l’Usaid au Sénégal, Catherine Andang, a salué les efforts consentis par l’Etat du Sénégal, en matière d’alphabétisation. Elle a réitéré l’engagement de l’organisme américain et des autres partenaires à continuer l’accompagnement pour l’atteinte des objectifs fixés. Membre de la Société civile, Silèye Gorbal Sy a «magnifié l’initiative, qui permettra de mieux développer les programmes d’éducation dans les régions concernées».
Il faut savoir que le document de référence est un cadre spécifique à l’alphabétisation, l’école communautaire de base, la formation aux métiers, classes passerelles et classes préparatoires à l’entreprenariat. Dans le même sillage, la directrice de l’Alphabétisation et des langues nationales, Ndèye Nam Diouf, a annoncé que : «Dix classes numériques seront ouvertes prochainement, dans la perspective d’une généralisation de l’alphabétisation.»

Au Sénégal, où plus de 50% de la population sont analphabètes. Par conséquent, le document de référence des interventions dans l’éducation de base est une opportunité offerte à plus d’un million d’enfants, hors système, d’avoir accès à une éducation de base. Le ministère de l’Edu-cation nationale invite tous les partenaires et acteurs du sous-secteur de l’Ebja, à une meilleure appropriation du cet outil de référence.

LIRE AUSSI  Politique de relance économique après une période de crise

Avec Le Quotidien