Le groupe La Poste est secoué par des accusations contre son directeur général Abdoulaye Bibi Baldé. Ainsi, le Syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications (SNTPT) a manifesté, hier, son amertume et son indignation face à cette crise. À la rencontre, étaient aussi présents d’autres syndicats et des activistes pour soutenir les travailleurs.

Une rafale de pierres s’est abattue sur Bibi Baldé. À l’occasion de sa rencontre tenue hier à Dakar, le personnel du groupe La Poste a exprimé sa colère contre son directeur général (DG). Pour cause : ‘’La mal gouvernance accrue et manifeste’’ de celui-ci. À travers de dures diatribes, le Syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications (SNTPT) a descendu en flammes M. Baldé, en le qualifiant de ‘’délinquant financier’’.

La situation dans laquelle est plongée La Poste est, selon le SNTPT, causée par l’incapacité de son directeur général. ‘’En réalité, ses carences intellectuelles prononcées s’illustrent par son incapacité à mettre en pratique une stratégie convaincante et cohérente, depuis près de trois ans. Sa nonchalance n’a d’égale que sa torpeur caractéristique et sa personnalité frivole. C’est un pourfendeur de l’orthodoxie doublé d’un brigand et d’un délinquant financier. Sa sinistre réputation est notoire dans toutes les entités qui ont eu le malheur de l’accueillir’’, persifle-t-on dans la déclaration lue par Nafissa Samb, Secrétaire générale adjointe du SNTPT.

Mais à entendre parler les syndicalistes, il y a encore pire. Monsieur Baldé ne se limite pas seulement à commander ‘’un système mafieux de détournement de deniers publics’’. Ils soutiennent aussi qu’il élève honteusement son niveau de gangstérisme, en s’adonnant désormais à la pratique d’une violence lâche au sein du cadre professionnel. ‘’Cette barbarie d’une triste époque montre, si besoin en est, sa personnalité’’, lâchent-ils.

Pour prouver ce qu’il considère comme de la barbarie, le SNTPT rappelle des faits qui se sont produits devant le bureau de M. Baldé et sous ses yeux. Il révèle qu’Ibrahima Sarr, Secrétaire général du Comité sectoriel Poste du SNTPT, a été victime d’une agression de la part d’un groupe d’individus, le 14 décembre 2021. Certains ont été formellement identifiés, d’après les explications. Ils estiment que le DG en est l’instigateur, parce que fricotant avec les coupables et les couvant aussi.

LIRE AUSSI  Fermeture des frontières, une fatalité pour les personnalités qui se soignent à l'étranger

Détournements de plus de 1 500 000 000 F CFA

Ainsi, le SNTPT informe que des faits de détournement sont identifiés au niveau de La Poste. Selon le chiffre qu’il a avancé, plus d’un milliard et demi de francs CFA a été détourné. Ce qui a, d’ailleurs, fait l’objet d’une enquête et de poursuites judiciaires contre les présumés responsables.

Toutefois, quelque chose attire l’attention. En effet, les syndicalistes affirment qu’Abdoulaye Bibi Baldé a tenté, par tous les moyens, d’étouffer l’affaire, en vain. Ce, depuis plusieurs mois. Pire, il porte à la connaissance du public que M. Baldé a ‘’hâtivement et sottement, comme à son habitude, limogé Saliou Fédior, Directeur général de Postefinances’’. Ce dernier aurait même porté plainte pour faire la lumière sur cette affaire, ‘’dans l’intérêt exclusif de La Poste’’.

Selon le SNTPT, M. Baldé est passé aux aveux, mais en s’adonnant à des accusations. ‘’Acculé, il a fini par admettre, lors d’une ennuyeuse conférence de presse, qu’il s’agit d’un détournement, en mettant en cause la responsabilité exclusive des personnes en détention préventive. Tellement malhonnête, si l’on sait que ces personnes ne sont que des victimes des pratiques mafieuses de ce DG, de son entourage et de ses fournisseurs à sa disposition’’.

Il a même enfoncé le clou, en nommant les bénéficiaires des fonds détournés. Il s’agirait de parents proches à M. Baldé, comme Mouhamed Baldé qui aurait disparu, depuis lors. Il y a aussi des noms de fournisseurs, en l’occurrence MKA Al Amine Multi-services, Gateway… D’après les syndicalistes, ces derniers versent des commissions à M. Baldé ‘’pour des marchés imaginaires et superflus’’.

Irrégularités au niveau des salaires

Maintenant, la perception des salaires se fait péniblement. En tout cas, c’est ce que fait savoir le SNTPT. ‘’Par cette gouvernance calamiteuse du directeur général, La Poste peine à honorer ses engagements. Les salaires des plus de 4 500 employés ne se paient plus avec la régularité d’avant. C’est pourquoi l’angoisse a fini de gagner les travailleurs et leurs familles’’.

Cette situation a poussé le syndicat à appeler le président de la République pour qu’il se saisisse de la question de La Poste. ‘’Il est impérieux que ce patrimoine national d’utilité publique soit débarrassé de la tumeur Abdoulaye Bibi Baldé. Il est surtout urgent qu’un plan de sauvetage soit mis en œuvre. D’abord, pour panser les blessures subies par La Poste. Ensuite, pour redresser et rendre performant ce pilier de la politique d’inclusion économique et sociale’’.

LIRE AUSSI  Les pétitions en ligne, nouvelle forme d’engagement politique ?

Les précisions du syndicat ne sont pas moins inquiétantes. Pour lui, il y a un ‘’sinistre’’ plan de relance, concocté par la direction générale, dans lequel le DG appelle à la déflation d’au moins 2 500 travailleurs. Tout en révélant un paradoxe : il déclare que M. Baldé continue de recruter à tour de bras.

Ce qui risque de se passer…

L’heure a sonné pour que toutes les centrales syndicales forment un bloc. C’est l’avis de plusieurs intervenants dont Guy Marius Sagna. Le leader du mouvement Frapp/France dégage s’étonne de la dispersion de ces centrales et demandent qu’elles se mêlent toutes à la lutte. Sinon, martèle-t-il, La Poste risque d’être privatisée au profit des étrangers.

‘’Il faut unir toutes les forces pour aider La Poste. Elle est menacée et si rien n’est fait, le président Macky Sall viendra nous annoncer, d’ici quelques semaines ou quelques mois, que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale ont demandé que La Poste soit restructurée et privatisée. Et dans ce cas, des milliers de travailleurs seront licenciés, dans le seul but de laisser la structure à des Français, à des Chinois, à des Américains ou à des Belges’’.

Il persifle : ‘’À la limite, donnons notre pays à Ali Baba. Avec lui, on n’aura que quarante voleurs. Mais avec Macky Sall, on en a quatre mille. Abdoulaye Bibi Baldé est un voyou financier. C’est inadmissible de continuer à laisser La Poste à ce genre de personne. On croyait avoir un DG, un manager, mais malheureusement, on n’avait qu’un gérant de dibiterie.’’

L’activiste demande au peuple de prendre ses responsabilités. La lutte doit concerner tous les endroits où il y a La Poste. C’est ainsi qu’il invite Frapp du département de Kolda à mener la campagne dans la zone, contre ce qui se passe au niveau de La Poste.  

LIRE AUSSI  Concours Général - A la découverte de Diary Sow, la meilleure élève du Sénégal

Au-delà même de M. Baldé, Guy Marius Sagna voit plus loin. Il suggère que tous les directeurs généraux qui ont malheureusement fait leurs preuves soient sanctionnés. Mieux, il pense qu’il est nécessaire d’avoir un front des entreprises en difficulté.

 ‘’Ils vont liquider les employés, secteur par secteur’’

Dame Mbodj, qui plaide pour une synergie d’actions, pense que l’heure de la mobilisation et de la solidarité a sonné. Le secrétaire général du Cadre unitaire syndical des enseignants du moyen-secondaire (Cusems/Authentique) hausse le ton : ‘’Il faut qu’on y aille ensemble. On ne peut pas laisser les travailleurs de La Poste être ligotés, malmenés, licenciés. Quand ils termineront avec eux, ils attaqueront d’autres. Ils vont liquider les employés, secteur par secteur. Donc, c’est le moment, pour les travailleurs, de comprendre que seule la solidarité nous permettra de sortir de cette situation.’’

‘’Que les différents secrétaires généraux se parlent, qu’on mette en place une stratégie de défense des intérêts matériels et moraux de tous les travailleurs du Sénégal. Il faut même organiser une marche nationale de l’ensemble des travailleurs, pour exiger la reprise en main des entreprises sénégalaises, la sauvegarde des emplois. Nous ne saurions accepter qu’un seul employé de La Poste soit licencié’’.

Si certains pointent du doigt Abdoulaye Bibi Baldé, Aliou Sané voit plus haut. Le leader de Y en a marre croit que le chef de l’État est derrière tout ça. ‘’L’erreur, c’est de penser que le président Macky Sall n’y est pour rien. En vérité, il est le principal responsable. Il y a cette forte politisation de notre Administration publique. Si Bibi Baldé vole de l’argent, c’est pour aussi l’intérêt de son parti, surtout que les élections locales arrivent. Tout ça n’est rien d’autre que la résultante d’un banditisme d’État’’.

‘’Ce sont sans doute les nervis recrutés par l’État qui ont attaqué le camarade Ibrahima Sarr, devant le bureau du DG de La Poste. On agresse des travailleurs, de dignes fils de ce pays. Personne n’est à l’abri de cette violence inouïe. Il faut stopper cette hémorragie, en attendant que Macky Sall parte’’.

Avec , ENQUETEPLUS