Un comité de pilotage (COPIL) a été Installé par le Directeur Général de l’ARTP en présence des acteurs du secteur afin d’améliorer la couverture et renforcer la qualité de service au Sénégal .

La qualité de services dans le secteur des communications électroniques et la mauvaise couverture du réseau téléphonique préoccupent au plus grand niveau l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes.

C’est la raison pour laquelle, le Gendarme des télécoms a installé ce jeudi 28 Avril, un nouveau comité de pilotage qui aura la lourde mission de coordonner, veiller à la fourniture d’une qualité de service conforme aux seuils et standards internationaux, de garantir un équilibre entre les intérêts des opérateurs titulaires de licence de réseaux de communications électroniques ouverts au public, les fournisseurs d’accès à internet et ceux des consommateurs des services de communications électroniques

«L’objectif de la mise en place de ce COPIL et de garantir un équilibre entre les opérateurs de télécommunications, les Fournisseurs d’accès à Internet (FAI), les opérateurs de réseaux mobiles virtuels (MVNO), les associations de consommateurs» a annoncé Abdoul Ly

Selon le Directeur Général de l’ARTP, «ces différents acteurs pourront mutualiser leurs efforts pour une meilleure prise en charges des préoccupations des consommateurs en termes de couverture et de qualité de service.»

Le COPIL permettra entre autres, d’adresser les différentes problématiques que rencontrent les opérateurs en termes de couverture ou de qualité de service, d’ajuster les investissements relatifs à la QoS en étroite collaboration avec l’ARTP et l’Autorité gouvernementale, de garantir une amélioration continue du service offert aux utilisateurs en se référant aux standards internationaux.

Pour rappel, l’ARTP avait sanctionné les trois opérateurs de téléphonie à coup de milliards pour manquement dans la qualité et couverture de réseau. Par la suite, l’autorité avait réajusté ses sanctions selon l’article 223 du code des télécommunications avant d’exiger des opérateurs un engagement d’investissement complémentaire sur le montant retenue en baisse.