samedi, août 13, 2022

Le rôle de l’Algérie, de l’Égypte et du Nigeria dans la recherche par l’Afrique de parts du marché gazier européen

0 commentaire

La réduction des livraisons de gaz naturel russe est une source d’anxiété pour l’Union européenne – et à juste titre, étant donné que le bloc a été beaucoup trop dépendant pendant beaucoup trop longtemps de Gazprom, une entreprise russe majoritairement publique qui sert d’instrument de politique de facto pour le Kremlin. Mais cette inquiétude est également une source de potentiel pour les producteurs de gaz africains, car elle pousse les consommateurs européens à chercher du carburant ailleurs.

Cette recherche a attiré l’attention sur un certain nombre de projets gaziers africains qui sont susceptibles d’aider l’Europe à l’avenir, en particulier lorsque l’UE cherche à s’éloigner définitivement de la dépendance au gaz russe. La Tanzanie et le Mozambique, par exemple, prévoient tous deux des projets de développement offshore à grande échelle qui soutiendront des usines de gaz naturel liquéfié (GNL) capables d’envoyer de gros volumes de combustible sur les marchés européens vers la fin de la décennie. La République du Congo espère accélérer un projet modulaire de moyenne envergure qui pourrait commencer à produire quelques années plus tôt. Dans le même temps, d’autres initiatives greenfield sont en cours de discussion en Mauritanie et en Namibie, et plusieurs majors internationales se sont regroupées pour mettre en ligne de nouveaux champs afin de faciliter la production de GNL en Angola.

Tous ces projets sont passionnants et nouveaux.

Pour l’instant, cependant, ils n’auront pas d’impact concret sur l’équilibre énergétique européen.

C’est parce qu’ils ne le peuvent pas.

Ils ne sont pas encore prêts.

Le calendrier du gaz africain

Ces projets ont un grand potentiel, mais celui-ci doit encore être concrétisé. Dans des pays comme la Tanzanie et le Mozambique, nous savons que le gaz est là parce que les compagnies pétrolières internationales (CPI) l’ont vu, mesuré, analysé et testé ; elles n’ont simplement pas encore le temps de forer tous les puits de développement et de construire toutes les infrastructures nécessaires pour l’extraire et le transformer en GNL pour l’exportation. En République du Congo, nous savons que le gaz est là, et la major italienne Eni est déjà en train de l’extraire – mais pas à une échelle qui puisse servir immédiatement les acheteurs en Europe ou les centrales électriques locales.

Ces obstacles peuvent être surmontés. Les lacunes peuvent être comblées, les puits forés, les gazoducs raccordés, les usines de liquéfaction du gaz construites, les pétroliers affrétés. Mais il faudra du temps – des années, et non des semaines ou des mois – pour mettre en place le financement nécessaire, signer les contrats requis, rassembler les matériaux nécessaires, etc.

Cela ne signifie pas pour autant que l’Afrique ne peut pas jouer un rôle pour aider l’UE à se libérer de sa dépendance au gaz russe à court terme. Absolument pas !

L’importance des capacités existantes

Mais une grande partie de cette aide, du moins à court terme, proviendra des capacités existantes, c’est-à-dire des endroits en Afrique qui produisent déjà du gaz destiné à l’exportation vers l’Europe. Avant tout, elle viendra de ces trois pays : L’Algérie, l’Égypte et le Nigeria, qui représenteront 80 % de la production africaine de gaz entre 2022 et 2025, selon le rapport de la Chambre africaine de l’énergie sur l’état de l’énergie en Afrique au deuxième trimestre 2022, rédigé en collaboration avec Rystad Energy. (L’Algérie, l’Égypte et le Nigeria représenteront également environ 60 % de la capacité totale de production de GNL du continent au cours de la même période, même si la construction de nouvelles installations progresse, selon le rapport).

Ces trois États sont déjà connus pour être les plus grands producteurs de gaz en Afrique. Selon l’édition 2022 de la Statistical Review of World Energy de BP, ils représentaient un peu plus de 83 % des 257,5 milliards de mètres cubes (mmc) de gaz extraits en Afrique en 2021 (pour situer le contexte, cela équivaut à peu près à la totalité du gaz consommé par l’Iran en un an), l’Algérie contribuant à hauteur de 100,8 mmc (soit plus de 39 % du total), l’Égypte 67,8 mmc (plus de 26 %) et le Nigeria 45,9 mmc (près de 18 %).

De plus, ils représentent également la grande majorité de la capacité de liquéfaction du gaz en Afrique, soit environ 75,3 millions de tonnes par an (mtpa), l’Algérie contribuant pour 29,3 mtpa, le Nigeria pour 22,2 mtpa et l’Égypte pour 12,2 mtpa. L’Algérie et l’Égypte possèdent les seules usines de GNL opérationnelles en Afrique du Nord, tandis que le Nigeria abrite une usine qui représente près de 66 % de la capacité totale de production de GNL en Afrique subsaharienne, soit 33,8 mtpa.

L’Algérie, quant à elle, ne dispose pas seulement de GNL, mais aussi de gazoducs. Elle utilise déjà deux d’entre eux – les systèmes Medgaz et TransMed – pour pomper le carburant directement vers l’Espagne et l’Italie à travers le fond de la mer Méditerranée. Ensemble, ces deux pipelines sont capables de transporter jusqu’à 40 milliards de m3 de gaz par an.

La bonne nouvelle est que l’Algérie, l’Égypte et le Nigeria fournissent déjà une bonne partie du gaz que l’Europe utilise pour compléter les approvisionnements russes. Mieux encore, ils disposent d’une capacité de réserve suffisante pour que leurs projets d’augmentation de la production dans les prochaines années soient réalistes.

Des signes de confiance

La société italienne Eni – et le gouvernement italien, qui détient une part majoritaire dans la société – est tout aussi confiante dans le potentiel de ces pays à contribuer à satisfaire les besoins européens en gaz, comme en témoigne la décision de se tourner vers l’Algérie et l’Égypte dans la recherche d’alternatives au gaz russe. Des responsables du gouvernement italien et des dirigeants d’Eni se sont rendus en Égypte et en Algérie depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie fin février pour négocier et signer de nouveaux contrats d’approvisionnement.

De même, la major pétrolière française TotalEnergies a récemment prolongé son engagement dans un projet dans le bassin de Berkine Nord en Algérie, en partie dans le but de trouver des moyens d’exporter le gaz associé de ses champs pétroliers vers l’Europe. Ils avaient de bonnes raisons de prendre ces décisions – et de bonnes raisons de s’attendre à ce qu’elles soient payantes à court terme !

Il convient de noter, bien sûr, que l’Afrique peut contribuer à compenser une partie de la différence, mais pas la totalité. Elle ne peut pas servir de source de substitution pour la totalité du volume de 155 milliards de m3 que la Russie a livré à l’UE en 2021 ! Mais elle peut jouer un rôle clé dans ce processus – et elle ne doit pas attendre pour commencer à le faire.

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie