mardi, novembre 29, 2022

Cette application permet aux artistes africains de gagner de l’argent

0 commentaire

La technologie s’impose de plus en plus dans l’évolution de l’industrie musicale africaine. Des entrepreneurs nigérians ont lancé une solution pour résoudre quelques un des problèmes inhérents au show-business.

BoomKit est une solution numérique développée par une jeune pousse nigériane éponyme. Elle permet aux artistes indépendants de distribuer leur musique de façon numérique et de construire une base de fans. La start-up a été lancée en 2021 par Abiola Hamzat et Ridwan Jimoh.

«  La perception des redevances a toujours été un problème pour les artistes africains, et la plupart finissent par perdre leurs revenus provenant des ventes de musique. Les sociétés de distribution américaines populaires comme Tunecore et CD Baby exigeront qu’un artiste fournisse un compte PayPal avant de pouvoir percevoir les gains, mais malheureusement PayPal n’est pas disponible dans la plupart des pays africains  », a expliqué Abiola Hamzat.

Via une application mobile accessible sur Android et iOS, BoomKit facilite la perception des gains via des comptes bancaires locaux. Les artistes peuvent également recevoir des financements de la part de leurs fans grâce à la fonction SupportME. «  Cela crée une nouvelle source de revenus pour les artistes indépendants. Avec l’avance sur les redevances, le crédit est garanti par leurs revenus projetés sur les ventes de musique  », poursuit-il.

BoomKit aide aussi à distribuer la musique sur toutes les autres plateformes numériques comme Apple Music, Spotify, Tidal, Boomplay, Audiomack et plus de 150 magasins numériques, apprend-on sur We Are Tech Africa. La plateforme compte plus de 10 000 utilisateurs et plus de 3 000 chansons ont déjà été diffusées.

Elle propose aux artistes indépendants des forfaits allant de 0 à 20 $. Bien que BoomKit ne soit pas encore officiellement présent dans ces pays, des artistes du Ghana, d’Afrique du Sud, du Kenya, de la Tanzanie ou encore du Rwanda utilisent l’application. Quant à la start-up, elle prévoit se lancer au Ghana et en Afrique du Sud dans un avenir proche.

Agenceeconfin