mercredi, mai 29, 2024

L’Algérie sera-t-elle un producteur d’énergie de premier plan en 2023 ? Les faits pointent dans une direction positive

0 commentaire

Lorsque l’Europe a commencé à chercher des alternatives au pétrole et au gaz russes après l’invasion de l’Ukraine par ce pays, l’un des pays producteurs sur lequel elle s’est concentrée était l’Algérie.

Cette décision était stratégique, tant du point de vue de l’approvisionnement que de l’accès. L’Algérie est le dixième producteur mondial de gaz et le quatrième exportateur de gaz, et seules la Russie et la Norvège fournissaient déjà plus d’énergie à l’Europe. La plupart des flux de l’Algérie vers le continent sont acheminés par navire-citerne vers des usines de gaz naturel liquéfié (GNL) en France ou par gazoduc vers l’Espagne, le Portugal et l’Italie. Plus précisément, le gazoduc Maghreb-Europe transporte le gaz naturel algérien à travers le Maroc jusqu’en Espagne, où il est connecté aux réseaux gaziers espagnol et portugais, tandis que le gazoduc transméditerranéen transporte le gaz de l’Algérie vers la Sicile et l’Italie en passant par la Tunisie. En 2022, l’Espagne et l’Italie ont chacune satisfait un quart de leur demande annuelle de gaz à partir de l’Algérie, et l’Italie recevra encore plus de gaz de l’Algérie cette année, pour un total de 25 milliards de mètres cubes (mmc).

L’Algérie a également des relations d’approvisionnement avec les États-Unis et la Chine, mais c’est la dépendance croissante de l’Europe à l’égard de l’énergie algérienne – le pétrole comme le gaz – qui a contribué à briser le marasme économique de l’Algérie, un marasme provoqué par la pandémie et le choc pétrolier qui s’en est suivi.

La Chambre africaine de l’énergie (AEC) examine les forces qui façonnent l’industrie énergétique algérienne dans son nouveau rapport intitulé « State of African Energy Q1 2023 Report » (Rapport sur l’état de l’énergie en Afrique au 1er trimestre 2023).

Les voies du potentiel

Le pétrole et le gaz dominent l’économie algérienne ; le secteur représente près d’un cinquième du PIB. Bien que cela signifie que la nation et ses dépenses sociales sont vulnérables à la volatilité du marché, le rebond des prix de l’énergie après la pandémie et l’invasion a contribué à financer une hausse de l’exploration, de la production et de l’exportation d’hydrocarbures.

La compagnie pétrolière nationale (CPN) Sonatrach, qui contrôle environ 80 % de la production pétrolière et gazière du pays, a déclaré qu’environ deux tiers du territoire algérien restent sous-développés ou inexplorés et estime qu’il y a 100 découvertes non exploitées – des circonstances prometteuses étant donné que beaucoup de ses bassins de production sont matures ou en déclin. Sous la direction de son PDG Toufik Hakkar, la compagnie a mis en place un plan quinquennal de 40 milliards de dollars pour tirer parti du potentiel en amont et en aval. Sur ce montant total, environ trois quarts, soit 30 milliards de dollars, sont destinés à l’exploration et à la production. L’investissement dans l’exploration porte déjà ses fruits, une bonne nouvelle quand on sait que l’Algérie n’a pas connu d’augmentation de ses réserves d’hydrocarbures depuis 2010.

Au cours du seul premier trimestre 2022, Sonatrach a fait six découvertes d’hydrocarbures dans le Sahara algérien, ce qui porte à 41 le nombre total de découvertes depuis 2020. Parmi les découvertes les plus récentes, on trouve du condensat de gaz dans deux réservoirs du bassin d’Illizi, près de la frontière libyenne, un potentiel gazier dans un réservoir du bassin de Béchar, dans le nord-ouest de l’Algérie, et du pétrole brut dans la région nord du bassin de Berkine, une découverte faite en partenariat avec la compagnie pétrolière italienne Eni, qui est présente en Algérie depuis 1981 et qui est la plus grande compagnie pétrolière internationale (IOC) opérant dans ce pays.

Toutefois, aucune de ces découvertes ne s’est approchée, en termes d’ampleur, de la découverte massive réalisée près du champ géant de Hassi R’Mel et de ses infrastructures.  Il s’agit de la plus grande découverte de gaz en Algérie depuis deux décennies, et l’on pense qu’elle contient jusqu’à 12 trillions de pieds cubes de réserves. La Sonatrach en accélère le développement dans l’espoir que la production ne remplacera pas seulement le gaz russe pour l’Europe, mais qu’elle renforcera également le régime financier chancelant de l’Algérie.

Dans un entretien par courriel avec S&P Global, M. Hakkar a déclaré que la société « prévoit d’approvisionner le marché du gaz avec plus de 110 milliards de m3 par an jusqu’en 2027 pour répondre à la demande intérieure et à la demande d’exportation ».

Nouvelles lois, nouveaux partenaires

Outre Eni, Sonatrach a établi des partenariats avec d’autres grands groupes internationaux, dont l’américain Occidental, le français TotalEnergies et le chinois Sinopec. Selon l’Association du commerce international, plus de deux douzaines de sociétés pétrolières internationales travaillent actuellement sur plus de 30 projets importants en Algérie.

Bon nombre de ces accords ont été conclus à la suite de l’adoption de la loi algérienne sur les hydrocarbures en décembre 2019, qui a mis fin à une décennie de dommages causés par des réglementations antérieures qui imposaient des taxes élevées aux compagnies pétrolières étrangères et rendaient le partage des contrats avec Sonatrach peu attrayant, voire non rentable.

En revanche, la nouvelle loi, qui vise à créer un environnement favorable aux investissements étrangers, réduit les taux d’imposition, supprime les droits de douane et les taxes sur les équipements d’exploration et de production importés dans le pays et améliore les conditions réglementaires. Elle a également confié à Sonatrach tous les pouvoirs relatifs aux contrats du secteur pétrolier et gazier du pays, éliminant ainsi l’ancien régulateur contractuel, ALNAFT. Les nouvelles règles permettent également à une compagnie pétrolière internationale de conclure l’un des trois types de contrats suivants : un accord de participation, un accord de partage de la production ou un accord de service de risque. Auparavant, les CIO ne pouvaient conclure qu’un système dépassé de partage de la production.

Un avenir incertain ?

De toute évidence, les nouvelles découvertes et les réformes réglementaires sont d’excellentes nouvelles pour l’Algérie et son économie – et, potentiellement, pour une Europe qui tente de se sevrer de l’énergie russe.

Mais il est trop tôt pour savoir quel en sera l’impact durable. Par exemple, le rapport « The State of African Energy Q1 2023 Report » décrit comment les réductions de production de l’OPEP+ ont affecté l’Algérie, qui a rejoint l’OPEP en 1969 et considère qu’il est de son devoir de suivre les directives de l’organisation en matière de plafonnement des quotas.

Pour en savoir plus sur l’Algérie et sur l’évolution de son secteur pétrolier et gazier, téléchargez le rapport « The State of African Energy Q1 2023 Report » de l’AEC, qui sera bientôt disponible ici .

 

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie