lundi, juillet 15, 2024

Le Sénégal obtient le premier pétrole du projet Sangomar

0 commentaire

La société d’exploration et de production Woodside Energy a réalisé la première production de pétrole dans le cadre du premier projet pétrolier offshore du Sénégal – le développement du champ de Sangomar. Cette étape souligne la collaboration efficace entre Woodside Energy et la compagnie pétrolière nationale sénégalaise Petrosen, démontrant leur engagement commun à faire progresser la sécurité énergétique et l’industrialisation dans la région MSGBC.

La Chambre africaine de l’énergie ( AEC) – la voix du secteur africain de l’énergie et un fervent défenseur du développement du pétrole et du gaz en Afrique – félicite les partenaires du projet d’avoir franchi cette étape historique. La première production devrait ouvrir de nouvelles perspectives de croissance économique dans le pays et confirmer le rôle essentiel que jouent le pétrole et le gaz en Afrique.

La première phase du développement du champ de Sangomar témoigne de l’engagement du Sénégal à faire progresser son secteur énergétique. Ce projet en eaux profondes représente une avancée significative en matière d’innovation technologique et d’exécution de projet. Le FPSO Léopold Sédar Senghor, situé à 100 km au large du Sénégal, est au cœur de cette entreprise. Avec une capacité de production de 100 000 barils par jour et des installations de stockage pouvant accueillir 1,3 million de barils, le navire FPSO illustre la capacité du Sénégal à entreprendre et à gérer de vastes projets énergétiques à grande échelle.

La portée ambitieuse de la première phase – qui comprend 23 puits avec des activités de forage en cours – souligne la détermination du Sénégal à exploiter ses ressources naturelles au profit de sa population. Avec un coût de projet compris entre 4,9 et 5,2 milliards de dollars, Sangomar démontre la capacité du pays à exécuter des projets complexes dans les délais et le budget impartis, renforçant ainsi sa réputation de destination d’investissement attrayante.

« Il faut rendre hommage à Meg O’Neill, PDG de Woodside, à Petrosen et à l’équipe de Woodside pour leur dynamisme, leur résilience et leur engagement dans la réalisation de ce projet. La volonté inébranlable de Woodside de respecter son engagement envers le Sénégal est impressionnante. Avec Woodside, le Sénégal dispose d’un opérateur de classe mondiale qui produira de l’énergie de manière durable et qui soutiendra les communautés locales par le biais de solides programmes de contenu local et de sensibilisation des communautés », a déclaré NJ Ayuk, président exécutif de la Commission économique pour l’Afrique.

La mise en production du champ de Sangomar représente une étape importante non seulement pour le Sénégal, mais aussi pour l’ensemble de la région MSGBC. Le projet met en service une nouvelle source d’énergie à un moment où la demande d’énergie devrait augmenter rapidement dans toute la région et devrait permettre de réduire considérablement la dépendance à l’égard des importations de pétrole. Le projet souligne également le potentiel d’investissements à grande échelle au large du Sénégal, jetant les bases du lancement de nouveaux développements.

« L’exploration est de nouveau sur les rails, car le bassin MSGBC allie désormais une grande ressource géologique à un bilan très solide, ce qui le rend plus attrayant. Il y a encore beaucoup de pétrole et de gaz à trouver au Sénégal. Le succès de Woodside dans le bassin MSGBC entraînera une nouvelle course à l’exploration qui stimulera la production de pétrole et maintiendra les prix à un niveau bas pour les citoyens de la région », ajoute M. Ayuk.

Le prochain projet à l’horizon est le développement de Greater Tortue Ahmeyim (GTA), dont la première production est prévue pour le troisième ou quatrième trimestre de cette année. L’arrivée du navire FPSO ce mois-ci – qui traitera plus de 500 millions de pieds cubes standard de gaz par jour – marque une étape importante pour le projet, permettant au Sénégal d’utiliser ses abondantes ressources en gaz pour la consommation intérieure et l’exportation. Le développement du projet GTA, ainsi que les plans d’une usine de transformation du gaz en électricité près de Saint-Louis, mettent en évidence l’approche stratégique du Sénégal en matière de développement des infrastructures énergétiques, de stimulation de la croissance socio-économique et d’amélioration de l’accès à l’énergie pour ses citoyens.

Alors que le Sénégal deviendra une nation productrice de pétrole et de gaz d’ici fin 2024, le rôle des hydrocarbures dans le paysage du MSGBC devient de plus en plus crucial. Le pétrole et le gaz continueront à jouer un rôle important dans le bouquet énergétique de la région et du continent, en tant que source cruciale de revenus et catalyseur d’une transition énergétique juste.

« Nous pensons que les revenus du pétrole permettront au gouvernement et aux citoyens du Sénégal de développer leur pays. L’avenir du Sénégal est prometteur, mais nous ne pourrons l’assurer qu’en renforçant la législation, en préservant le caractère sacré des contrats, en favorisant un environnement propice, en soutenant le contenu local, en mettant l’accent sur l’éducation, en suivant un paradigme de développement équilibré et en utilisant les meilleures compétences de l’industrie pétrolière et gazière par le biais de partenariats. Je suis convaincu que le gouvernement et Woodside poursuivront cette relation de travail et ce partenariat solides afin de faire du Sénégal le centre régional de l’énergie », a conclu M. Ayuk.La première production a lieu avant l’African Energy Week (AEW) : « Invest in African Energy » est prévue du 4 au 8 novembre au Cap. Au cours de l’événement, un spotlight dédié à Invest in MSGBC Energies présentera le potentiel de la région en tant que destination d’investissement et plaque tournante de l’innovation et du développement dans le domaine de l’énergie.