Actu Web

600 milliards sur la table de l’Etat: Orange Sénégal préoccupée par le renouvellement de sa licence globale

Journée de Protestation contre Orange

Orange/Sonatel a du soucis à se faire. La filiale est très préoccupée par le renouvellement de sa licence globale pour 2017. Le constat a été fait par   l’ASUTIC (Association Sénégalaise des Utilisateurs des TIC )   qui explique dans un communiqué qu’Orange n’est pas pour le moment ébranlée par la 4G, cause pour laquelle, elle n’a pas voulu soumissionner pour l’obtention de la licence 4g. En réalité, par cet acte, Orange/Sonatel débute le combat qui sera long et difficile pour obtenir des autorités sénégalaises un prix très bas lors du renouvellement de sa licence en 2017.

Selon Asutic “cette licence vaut plus que de l’or pour Orange/Sonatel car sa survie en dépend. Une licence juteuse qui vaut au minimum 600 milliards frs CFA pour une durée de 20 ans. 

Orange/Sonatel n’est nullement dans les dispositions pour payer un tel montant afin d’acquérir à nouveau la ressource. C’est la véritable raison pour laquelle cet opérateur lance les hostilités, tentant, dès à présent, de mettre la pression sur les autorités sénégalaises.”

LAssociation Sénégalaise des Utilisateurs des TIC  alerte l’opinion   sur   la force  de  frappe  Sonatel/Orange  pour préserver ses intérêts.

“L’histoire de la surfacturation des appels entrants et les velléités de blocage des OTT, comme Skype, Viber et Whatsapp sont là pour nous édifier. Aussi, les autorités sont-elles, d’ores et déjà averties.”

30 milliards  un prix dérisoire

Concernant le prix sur  l’attribution de la 4G  fixé à 30 milliards de FCFA, l’ASUTIC estime le prix de réserve fixé par l’ARTP est dérisoire et que chaque opérateur devrait débourser au moins 100 milliards pour obtenir une licence 4G au Sénégal

Les arguments avancés par Orange sur la base d’une analyse comparative avec le Maroc pour évaluer la licence 4G à 14,5 milliards frs CFA ne sont pas du tout pertinent donc irrecevables. “D’abord au Maroc les fréquences basses «­appelées fréquences en or­» comparables à celles que l’ARTP voulait céder à Expresso, Orange, et Tigo étaient achetées par l’opérateur Maroc Telecom à 60 milliards de Franc CFA.”

Les deux autres opérateurs Meditel et Wana ont acheté à 30 milliards, les fréquences de moindre qualité. En plus, ces 3 operateurs ont déboursé, chacun, 18 milliards pour les frais de réaménagement des fréquences libérées. Au final les licences 4G ont couté aux operateurs 78 et 48 milliards au Maroc. Ensuite, pour avoir une analyse plus fine et objective, Orange devait considérer le parc d’abonnés mobiles, plutôt que la population.

Et sur ce plan, la différence n’est pas énorme­: 9 millions au Maroc (source­: rapport ANRT mars 2015) et 7,3 millions au Sénégal (source­: rapport ARTP Juillet-Septembre 2015). Enfin, les marges bénéficiaires des opérateurs sont plus élevées au Sénégal qu’au Maroc. Et last but not least, au Maroc, les tarifs de communication baissent régulièrement (22% en 2014, et 68 % de baisse de 2008 à 2013 source rapport ANRT) au profit des citoyens-consommateurs, ce qui n’a jamais été le cas au Sénégal, les opérateurs augmentent plutôt leurs tarifs.

 

 

Comments

comments

1 Comment

Les plus populaires

To Top