Actu Web

Cybercriminalité : 170 personnes ont été déférées au Sénégal en 2016

Le Sénégal fait face à la montée de la cybercriminalité qui frappe d’ailleurs certains pays dans le monde.

En 2016, 313 infractions ont été constatées. Entre autres délits, arnaque, pédophilie, chantage sexuel, usurpation d’identité, autant de désagréments vécus par des internautes sénégalais. Dans la traque contre le phénomène, la brigade spéciale de la lutte contre la cybercriminalité a mis la main sur 170 individus l’année écoulée.

Son chef, le lieutenant Amidou Barka Ba, appelle à plus d’attention : « Nous demandons aux Sénégalais de faire attention avec les réseaux sociaux. Ils doivent saisir en cas de tentative d’arnaque ou harcèlement la division des investigations criminelles (DIC), pour réduire les risques ». Ces propos ont été tenus mercredi 29 mars 2017 à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, au cours d’une « journée de sensibilisation de masse sur la sécurité sur internet et le mobile », initiée par l’Association Tic Protection. L’expert en cyber sécurité et Président de l’association Tic Protection, Amadou Bamba Thiam (photo) laisse entendre que la lutte contre la cybercriminalité préoccupe tous.

Une méconnaissance des dangers

« Nous avons remarqué que ces 10 dernières années, les systèmes d’information qui nous ont permis d’améliorer nos conditions de vie, rendre efficace notre travail, se sont retournés contre nous en créant un phénomène dénommé cybercriminalité qui est l’acte criminel par lequel les systèmes d’information sont utilisés par les cybercriminels comme outils ou comme cibles. Comme outils, on peut citer l’internet, le téléphone portable, les ordinateurs et comme cibles, les personnes, les entreprises, les gouvernements. Nous avons remarqué que durant ces 5 à 6 dernières années, beaucoup d’utilisateurs se sont mis à utiliser internet et à se connecter via leurs téléphones portables sans pour autant être conscients des dangers qui peuvent provenir d’une mauvaise utilisation de ces appareils. Nous avons aussi remarqué qu’avec la facilité d’obtention du téléphone portable et l’accès facile à internet, beaucoup d’utilisateurs envoient et publient tout ce qu’ils veulent. C’est pourquoi nous avons mis en place notre association pour sensibiliser sur les dangers liés à la cybercriminalité. Notre objectif, les inciter à comprendre la cyber sécurité pour se protéger et éviter d’être des victimes des malfaiteurs. »

Pédophilie, escroquerie en ligne, arnaque

« Les dangers sont multiples et variés. Il y a l’usurpation d’identité. La possibilité d’utiliser l’anonymat qu’offre internet permet à certaines personnes d’avoir plusieurs identités. Par exemple, l’adulte de 40 ans peut créer des comptes Facebook sur les réseaux sociaux et se présenter comme quelqu’un âgé de 13 ans pour piéger les jeunes dans la perspective d’actes pédophiles ou de pédopornographie. Il y a aussi l’escroquerie en ligne. Ils sont nombreux ces Sénégalais qui disent avoir reçu au moins un mail ou un appel téléphonique les informant qu’ils ont gagné une loterie à laquelle ils n’ont jamais participé. Et pour récupérer leur gain, on leur demande d’envoyer leurs données personnelles et aussi de l’argent. Parfois, on vous dit que tel opérateur fait une promotion, pour pouvoir en bénéficier, il faut acheter une carte de crédit de 10 000 ou 5000 francs Cfa, puis après l’opérateur vous demande de lui envoyer le code de la carte de crédit et il vous vole votre crédit », se désole Amadou Bamba Thiam.

Lire aussi l’article: Comment on vous anarque sur le net : les confidences d’un cybercriminel

Depuis 2008, l’Etat du Sénégal a mis en place un arsenal juridique pour faire face à la cybercriminalité. Ainsi le 25 janvier 2008, la loi sur la cybercriminalité a été adoptée, suivie de la loi sur la protection des données à caractère personnel.

Joe Marone

(Source : CIO Mag,)

Comments

comments

Comments
To Top