Technologie

Rapport d’Ericsson sur la Mobilité – Afrique subsaharienne : 310 M d’abonnements 4G prévus d’ici 2023

La dernière annexe régionale du prochain Rapport d’Ericsson sur la Mobilité (NASDAQ : ERIC) prévoit une augmentation de 47 % des abonnements à la LTE, passant de 30 millions en 2017 à 310 millions en 2023 en Afrique subsaharienne.

– Les abonnements à la LTE augmenteront de 47 %, passant de 30 millions en 2017 à 310 millions en 2023 en Afrique subsaharienne.
– Les abonnements au haut débit mobile en Afrique subsaharienne devraient augmenter de 16 %, passant de 350 millions en 2017 à 880 millions en 2023.
– Les premiers abonnements 5G au Moyen-Orient et en Afrique du Nord sont attendus à partir de 2020, pour ainsi atteindre environ 17 millions d’abonnements à l’horizon 2023.

La dernière annexe régionale du prochain Rapport d’Ericsson sur la Mobilité (NASDAQ : ERIC) prévoit une augmentation de 47 % des abonnements à la LTE, passant de 30 millions en 2017 à 310 millions en 2023 en Afrique subsaharienne.

Toujours selon le rapport, les abonnements aux services de téléphonie mobile en Afrique subsaharienne devraient augmenter de 6 %, entre 2017 et 2023, passant de 700 millions d’abonnements mobiles en 2017 à 990 millions d’abonnements à l’horizon 2023.
En outre, le trafic mobile au Moyen-Orient et en Afrique (MEA) augmentera à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 49 % tandis que les abonnements mobiles pour l’ensemble de la région MEA devraient augmenter de 4 % TCAC entre 2017 et 2023, passant de 1,59 milliard en 2017 à 2,03 milliards en 2023. Cela équivaut à une croissance de 3 % au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, soit une transition de 890 millions d’abonnements mobiles à 1,04 milliard d’abonnements entre 2017 et 2023.

D’autre part, les abonnements au haut débit mobile devraient augmenter de 15% pour la région MEA, passant de 820 millions en 2017 à 1,85 milliard en 2023. L’analyse de ce pourcentage révèle une augmentation de 13 % pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, passant de 460 millions d’abonnements haut débit mobiles en 2017 à 980 millions à l’horizon 2023. De même, les abonnements au haut débit mobile en Afrique subsaharienne devraient augmenter de 16%, passant de 350 millions en 2017 à 880 millions en 2023.
Les abonnements LTE devraient augmenter de 29% dans la région MEA, passant de 190 millions à 860 millions d’ici 2023. Cela signifie que les abonnements à la LTE au Moyen-Orient et en Afrique du Nord augmenteront de 23 %, passant de 160 millions en 2017 à 570 millions en 2023. Pour la région de l’Afrique subsaharienne, les abonnements à la LTE augmenteront de 47 %, passant de 30 millions en 2017 à 310 millions en 2023.

Selon Rafiah Ibrahim, directrice d’Ericsson Moyen-Orient et Afrique : « L’ensemble du trafic mobile pour la région devrait augmenter d’environ 49% par an entre 2017 et 2023. Cette croissance rapide mène les opérateurs à explorer de plus en plus les méthodes d’optimisation de leurs réseaux avec davantage de capacité et de couverture. Nous soutenons les opérateurs de la région tout au long des différentes phases de l’évolution du réseau, en permettant des réseaux performants et une expérience client différenciée ».
Enfin, le rapport prévoit au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, une forte croissance à la fois pour le WCDMA/HSPA et la LTE au cours de cette période. Groupées, ces technologies passeront de 50 % à plus de 90% du total des abonnements d’ici la fin de la période.
Les premiers abonnements 5G sont attendus en 2020 au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, pour atteindre environ 17 millions d’abonnements d’ici 2023.

Quelques faits saillants de l’annexe régionale du Rapport d’Ericsson sur la Mobilité :

L’Internet des objets (IdO) facilite la transformation numérique des industries et offre aux opérateurs mobiles du Moyen-Orient et de l’Afrique subsaharienne l’opportunité d’explorer de nouvelles sources de revenus. Les abonnements cellulaires IdO au Moyen-Orient et en Afrique devraient passer de 35 millions à 159 millions entre 2017 et 2023 – soit un taux de croissance annuel composé.

(TCAC) d’environ 30 %. L’exploration de nouveaux revenus de la numérisation

Pour les fournisseurs de services mobiles, les sources de revenus traditionnelles diminuent et de nouvelles sources de revenus sont donc explorées. À mesure que le monde devient plus connecté, les industries connaissent une transformation impulsée par les TIC. Les revenus de la numérisation de l’industrie pour les acteurs des TIC proviennent de l’adoption ou de l’intégration des technologies numériques dans une industrie spécifique. Au Moyen- Orient et en Afrique, les revenus de digitalisation de l’industrie reposant sur la 5G pour l’IdO sont estimés à 242 milliards USD jusqu’en 2026.

Lire aussi : Internet des Objets en Afrique : Ericsson et Qualcomm Technologies testent avec succès CAT-M1

La technologie 5G jouera un rôle important dans le développement de la numérisation industrielle, en particulier pour les cas d’utilisation qui dépendent d’une faible latence et d’une grande fiabilité. Cela représente une opportunité pour les fournisseurs de services prêts à explorer des sources de revenus intelligentes en s’adressant aux acteurs de l’industrie du B2B2X.

L’IdO et la 5G au service des communautés

Même si l’IdO en est encore à ses balbutiements dans la majeure partie du Moyen-Orient et de l’Afrique, il existe des exemples qui montrent comment il a contribué à améliorer les moyens de subsistance des communautés et des industries de la région.
En Afrique du Sud, par exemple, l’IdO à bande étroite (NB-IoT) est en train d’être introduit pour répondre secteur des services publics, apportant des outils pour l’efficacité énergétique tels que les compteurs intelligents.
L’édition mondiale du Rapport d’Ericsson sur la Mobilité sera publiée dans le courant de ce mois.

A propos d’Ericsson

Ericsson est un leader mondial des technologies et services de communications dont le siège social est basé à Stockholm, en Suède. Notre organisation regroupe plus de 111 000 experts qui fournissent aux clients présents dans 180 pays des solutions et des services innovants. Ensemble nous construisons un avenir plus connecté permettant aux individus comme aux entreprises de réaliser leur potentiel. En 2016, Ericsson a réalisé un chiffre d’affaires de 24,5 milliards de dollars US (222,6 milliards de couronnes suédoises). Ericsson est cotée au Nasdaq de Stockholm et au NASDAQ de New York.

Comments

comments

Comments
To Top