Expert en Entrepreneuriat, Pape BA GAHN a une dizaine d’années d’expérience dans des activités d’entrepreneuriat et d’incubation.

Aujourd’hui, il aide les jeunes entrepreneurs à développer leurs activités à travers de solides business plans bancables afin de trouver facilement un financement. Pape offre aussi des formations axées sur l’innovation avec le design thinking pour permettre aux entrepreneurs de voir plus sur les aspects de « Value proposition ».

Dans un entretien avec le site entrepreneurafricain, il a analysé l’écosystème entrepreneurial sénégalais.

Ainsi, il  trouve que cet écosystème est encore dans ses balbutiements car ça avance timidement avec des actions de part et d’autres.

Lire aussi: Fescum 2015 : 30 jeunes formés aux techniques d’écriture web et blogging à Mbour

« Nous avons des acteurs dans l’accompagnement, sur le financement et dans le suivi post financement qui peinent à se mettre en synergie mais je pense que ça va arriver. Pour le moment, les actions sont disparates et chacun travaille à atteindre ses objectifs ce qui n’est pas mal au finish. Les projets naissent, se maintiennent avec un pourcentage de 20% qui dépassent la phase « critique » mais peinent à aller en croissance. »

Pour Pape GAHN, les jeunes qui entreprennent manquent d’ouverture mais surtout l’innovation  qui leur permet de porter un produit qui fera des émulations au niveau mondial.

« On n’a pas encore réellement de champions mais, je pense qu’avec de l’accompagnement on peut y arriver. Pour le moment nous avons des champions au niveau national et sous-régional. Il nous faudra encore miser dans l’Innovation et l’Open Innovation en Entreprise . Il faut penser global pour pouvoir vendre une solution au niveau mondial comme MPESA et USHAIHIDI du KENYA. Et cela, il n’y a que l’innovation qui peut le faire. Quand on commencera à y penser peut-être que nous pourrions créer notre propre Uber, Facebook ou AIRBNB … »

Lire aussi: Pape Bâ Gahn «Il ne suffit pas d’avoir une idée ingénieuse mais il faut avoir une idée qui marche»

Pour répondre aux questions sur les améliorations que l’Etat doit effectuer afin de permettre aux entrepreneurs  d’être des champions au niveau continental, Pape déclare qu’il faudra mettre plus de fonds pour la partie financement.

« Mettre plus de fonds pour la partie financement mais aussi arriver à créer le Parcours de l’Entrepreneur Sénégalais avec, à chaque niveau, le service offert à temps . Pour cela, il faut une mise en cohérence et une synergie des acteurs qui interviennent. Sans cela, nous aurions plusieurs initiatives où chacun travaillera en solo alors que pour faire de l’impact en masse, il faut travailler ensemble et de manière intelligente.

En outre, il pense que l’offre  financière classique n’est pas adaptée aux besoins et à la croissance des entrepreneurs. Donc, la question du financement reste une problématique pour ceux qui sont en position d’amorçage. Mais également,  il y a la question de l’accompagnement qui se pose. Ce qu’il  faut  surtout, c’est d’être accompagné à développer de vrais modèles économiques.

Lire aussi: Demba Gueye : « la Patience, une qualité en Or quand on est entrepreneur au Sénégal »

Concernant ceux qui veulent se lancer dans l’entrepreneuriat, le coach leur oriente vers l’agriculture qui reste un domaine attractif avec des opportunités diverses.

A côté, il y a les services à travers le digital et particulièrement, ceux qui se font via le mobile.

 » Le mobile va encore exploser donc, il nous faut dès maintenant accompagner des champions dans ses domaines. »

Comments

comments