Même face à une pandémie mondiale qui n’a pas encore di son dernier, les fils et filles du pays continuent de s’illustrer dans leur secteur pour montrer leurs prouesse . La Banque africaine de développement a annoncé la nomination de la Sénégalaise Aissa Touré comme cheffe de bureau-pays pour le Rwanda.

Son plus grands défis restera surement de redynamiser la situation financière de la BAD pour mieux le positionner en cette période de résilience où tout est à reprendre dans le secteur de la finance pour s’adapter au contexte mondial

Economiste et spécialiste du développement, avec une expérience de plus de 25 ans acquise sur trois continents, dans 12 pays et pour le compte de cinq organisations internationales, l’expérience professionnelle d’Aissa Touré couvre le développement rural, en particulier l’agriculture, l’économie rurale et l’adaptation et l’atténuation du climat. Aissa Touré apporte à la Bad des compétences solides en matière de gestion stratégique, de représentation institutionnelle et de gestion des partenariats aux niveaux national, régional et mondial.

Avant sa nomination, Aissa Touré a occupé les fonctions de représentante de WaterAid (2003-2007) et de directrice adjointe pour l’Afrique de l’Ouest d’Oxfam America (2007-2009). Elle a travaillé à l’Observatoire du Sahara et du Sahel (OSS) en tant que coordinatrice du programme de recherche pour le développement, de 2009 à 2010. De 2009 à 2011, elle a travaillé sur les thématiques du changement climatique et du financement, ainsi que sur le suivi et l’évaluation des projets en qualité de consultante.

En 2011, Aissa Touré a rejoint le Fonds international de développement agricole (Fida) en tant que responsable de programme pour le Togo, la Guinée-Bissau et la Guinée équatoriale, puis a été nommée responsable de programme pour l’Inde et le Népal au sein de la même organisation (2016-2018). Avant sa récente nomination par la Bad, elle était directrice-pays du Fida pour le Burundi depuis juillet 2018.

Aissa Touré est titulaire d’un Diplôme d’études supérieures spécialisées (Dess) en secteur rural, développement d’entreprises et gestion de projets de transformation alimentaire (1993), d’un master en économie et ingénierie du financement de projets (1992), d’une licence en économie et ingénierie du financement de projets (1991) et d’une licence en économie rurale (1990), tous obtenus à l’université de Montpellier I, en France.

source:

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet