Les banques sénégalaises sont victimes de plus en plus d’attaques informatiques. Le système informatique de deux filiales de UBA ont été infiltrés par des hackers. Situation qui a poussé l’administration à prendre certaines décision à l’encontre de certains employés. Cependant, ces derniers déclarent avoir été victimes d’une injustice. Socialnetlink partage avec vous un texte publié par un des employés.

« UBA, une banque où règne l’injustice.

Je prends l’opinion publique comme témoin pour dénoncer une injustice que la banque UBA Sénégal est en train de faire subir à trois de leurs employés.

Au mois de juillet le DRH réquisitionne leurs ordinateurs pour mener des investigations car des hackers ont infiltrés deux filiales de UBA et que ces attaques ont été facilitées par des agents de UBA selon le groupe.

Une semaine après, le DRH leur donne une lettre d’astreinte mais ils ont leurs salaires et leurs avantages.

Deux mois plus tard, rien trouvé contre eux mais le groupe UBA souhaiterait se séparer d’eux à l’amiable. Un protocole de départ négocié leurs est donné par le DRH en soutenant qu’il n’avait aucun pouvoir décisionnel et qu’à la limite il ne faisait que rapporter les décisions du groupe.

Lire aussi: Piratage bancaire à ECOBANK: Plus de 681 millions de FCFA volés

Les staff étaient dès lors ouverts à ce départ négocié initié. Ils ont fait deux contre-propositions, qui sont rejetées.

Le DRH leurs donne une offre que le groupe a validé d’après lui. Au mois d’Août toujours pas de preuves ni rien. Le DRH leur dit que s’ils étaient en phase il pourra leurs envoyer les simulations des indemnités.
Aucune simulation n’avait été envoyée ni de notification.
Ils ont ont interpellé le DRH sur la situation qui leurs convoquait pour leurs remettre le protocole de départ négocié retenu par groupe.
Les indemnités indiquées n’étaient pas celles que le DRH leurs avaient promises.
Frustrés, déçus, indignés, après des années de loyaux service, ils ont décidé de rejeter cette offre.

Suite à cela le DRH leurs dit « Si vous vous refuser cette offre, je connais le groupe ils vont préparer un rapport (pour fomenter des preuves), ensuite Ils vous enverront une demande d’explication puis vous licencieront pour faute lourde »

Le 15 décembre UBA leur adresse une demande d’explication qu’ils ont répondu le même jour par l’aide d’une avocate.
Le 18 décembre UBA leur donne une lettre de licenciement pour faute lourde.

Lire aussi:Tentatives de piratage à l’heure de la pandémie : Attention aux hameçonnages sur les réseaux sociaux ! (Par ASSANE SY)

Ils n’ont accès à aucun système de sécurité ni à l’application bancaire. Ils ne pouvaient ni mettre de clé USB ni installer une application sur leurs machines.

UBA a plus d’avocats et de moyens pour trainer ces employés sur la durée, en leurs privant d’un salaire qui on sait tous a un aspect vital sans parler du stress et des risques auxquels leurs familles sont exposées en cette période de COVID . »

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet