« Se rassembler, c’est bien. Rester ensemble, c’est mieux. Travailler ensemble, c’est la clé de la réussite. » – Henry Ford

Cette citation reflète l’esprit de l’initiative Skilling Up Mashreq (SUM), qui vise à combler la fracture numérique dans les pays du Machreq en exploitant précisément les vertus de la collaboration. L’initiative SUM, née à Amman (Jordanie) lors du Forum numérique du Machreq, participe de l’action de la Banque mondiale pour accélérer la transformation numérique dans la région. Le virage digital pourrait en effet permettre aux pays du Machreq de surmonter un certain nombre des obstacles économiques et sociaux qui entravent leur évolution vers une croissance durable et une société inclusive.

L’initiative SUM a deux objectifs : préparer 500 000 jeunes femmes et hommes d’Iraq, de Jordanie et du Liban aux métiers internationaux de l’avenir et inciter des acteurs des nouvelles technologies à investir dans la région.

Près de 24 000 personnes ont déjà bénéficié de cette initiative, qui devrait s’étendre à 386 200 autres jeunes d’ici à deux ans. Huit partenariats ont été noués avec des organisations d’envergure internationale telles que Microsoft, LinkedIn ou Code.org, et des plateformes régionales comme Edraak, la Fondation Al-Ghurair, l’Academy du Beirut Digital District (BDD) ou le groupement d’entreprises Hsoub. 

Modèle innovant, l’initiative SUM illustre l’action transformatrice d’un programme qui parvient, grâce au soutien financier et technique de la Banque mondiale, à démultiplier l’impact des acteurs internationaux et régionaux du secteur engagés dans le développement des compétences numériques. La Banque s’est par exemple associée au portail Edraak, mis en place à l’initiative de la Fondation Reine Rania, et à Code.org, une organisation internationale à but non lucratif, en vue de localiser des ressources d’apprentissage de l’informatique reconnues au niveau international.

LIRE AUSSI  Explosions au Liban: Qu’est-ce que le nitrate d'ammonium?

Il s’agit entre autres de traduire en arabe toutes les vidéos de Code.org et de contextualiser les contenus. Dans le mois qui a suivi le lancement de ce partenariat, 15 000 jeunes Jordaniens ont bénéficié des actions soutenues par la reine Rania Al-Abdallah de Jordanie. Par la suite, ces ressources serviront de référence pour les programmes des établissements scolaires publics du Liban et de Jordanie. Elles guident d’ores et déjà la réforme du programme d’enseignement de l’informatique que l’État jordanien a entreprise dans le cadre du projet pour la jeunesse, la technologie et l’emploi. Financé par la Banque mondiale, ce projet devrait concerner 300 000 élèves de la septième à la douzième année de scolarité.

Via l’initiative SUM, la Banque mondiale a également été en mesure d’apporter son soutien aux mesures d’urgence adoptées par les gouvernements pour faire face à la COVID-19 et aux fermetures d’établissements qui en ont résulté. Alors que les technologies de l’éducation ont pris une place de premier plan à l’heure de la pandémie, l’initiative SUM a offert un vecteur concret à la transition de la Jordanie et du Liban vers l’enseignement à distance. Un partenariat mis en place en avril 2020 entre le BDD et Code.org a offert à 9 000 élèves des cours de programmation en ligne dispensés en arabe. À cette occasion, la Banque mondiale, le BDD et Code.org ont respectivement joué les rôles de rassembleur, de diffuseur et de créateur de contenus. À la suite d’une campagne de promotion conjointe, le nombre d’élèves inscrits aux cours de Code.org a été multiplié par sept.

LIRE AUSSI  Explosions au Liban: Qu’est-ce que le nitrate d'ammonium?

Lire aussi: Or numérique, les fonds d’investissement se ruent sur le bitcoin

L’initiative SUM souligne la nécessité de formations souples et axées sur le monde professionnel, qui préparent les jeunes aux emplois de demain. Elle donne lieu actuellement à un partenariat entre Microsoft et LinkedIn destiné aux jeunes Libanais et Jordaniens vulnérables et défavorisés. Ce programme (a) leur procure des cours gratuits ainsi que des certifications Microsoft pour les trois métiers techniques les plus demandés : développeur, administrateur système et analyste de données. S’y ajoutent sept autres qualifications : analyste financier, graphiste, commercial, chef de projet, gestionnaire de service client, responsable du marketing numérique et agent de service d’assistance/de maintenance. Les partenaires locaux — le BDD au Liban et Injaz en Jordanie — assureront la mise en œuvre du projet qui, dans les six mois suivant son lancement, devrait permettre de former 4 000 jeunes vulnérables et défavorisés.

L’initiative SUM s’attache en particulier à la formation des femmes et des jeunes vulnérables, avec pour objectif de créer des emplois innovants, comme par exemple ceux proposés par les plateformes en ligne. La Banque mondiale, en partenariat avec Hsoub, prépare les réfugiés et d’autres groupes vulnérables à accéder à des débouchés de qualité sur la plus importante plateforme d’offres de missions pour travailleurs indépendants.

LIRE AUSSI  Explosions au Liban: Qu’est-ce que le nitrate d'ammonium?

Partout dans le monde, les décideurs conviennent que pour préparer les jeunes de la région au futur monde du travail, il faut changer notre façon d’enseigner et de former. À la Banque mondiale, nous pensons non seulement que l’éducation doit rimer avec acquisition de compétences, mais aussi qu’il faut renouveler nos modèles de collaboration. Nous devons tous être sur le pont pour mettre les compétences à niveau dans les pays du Machreq. Et comme le rappelle la citation de Ford en exergue à cet article, l’unique voie vers le succès consiste à travailler ensemble.  

Par Saroj Kumar Jha

World Bank Regional Director for the Mashreq Department

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet