Le Sénégal va confier l’ensemble des infrastructures de la Télévision numérique terrestre (Tnt) à la Société de télédiffusion (Tds Sa). La nouvelle figure dans le communiqué du Conseil des ministres d’hier. Une façon, selon Macky Sall, d’asseoir la souveraineté de l’Etat sur cette infrastructure.

Le Sénégal poursuit son programme de déploiement de la Télévision numérique terrestre (Tnt). Lors du Conseil des ministres qui s’est tenu hier, le Président Macky Sall a informé de sa volonté de voir le gouvernement asseoir la souveraineté de l’Etat sur l’infrastructure Tnt dans sa globalité en la transférant à la Télédiffusion du Sénégal SA (Tds SA). Un acte qui vient entériner la mise à l’écart d’Excaf Télécoms, initialement choisi pour mener à terme le processus de basculement de l’analogique vers le numérique. Prévu au mois de juin 2020, le basculement vers le numérique a été encore reporté même si des experts de la Société en charge de l’installation assuraient en septembre dernier que 92% du territoire étaient déjà sous couverture.

En tout état de cause, le Président a informé son conseil avoir présidé le 28 janvier dernier, une réunion pour le renforcement de l’implantation de la Télévision Numérique Terrestre (Tnt), sur toute l’étendue du territoire national. Cette rencontre obéit à une logique de régulation optimale des fréquences radioélectriques et de la consolidation du numérique comme pilier de la modernisation de l’audiovisuel.

LIRE AUSSI  L’ARTP contribuera ''de manière significative’’ au développement numérique (DG)

«En définitive, le chef de l’Etat demande au gouvernement d’accorder une urgence notable à la matérialisation effective, dans tous ces aspects, du passage du Sénégal de l’analogique au numérique intégral en assurant la redondance du système», informe le communiqué du Conseil des ministres.

Paiement des redevances


Le paiement des redevances sur les fréquences attribuées aux télévisions ont donné lieu il y a quelques semaines à une vive polémique entre l’Autorité de régulation des postes et télécommunications (Artp) et le Groupe Dmedia. L’Artp, qui avait adressé des mises en demeure à différents médias en leur demandant de s’acquitter de sommes plus ou moins élevées, s’était vu accuser d’exercer des représailles contre un groupe de presse dont la ligne éditoriale ne serait pas favorable au pouvoir en place. Hier en conseil des ministres, le Président Macky Sall a joué aux arbitres. «Le président de la République demande aux ministres en charge de la Communication et de l’économie numérique, de veiller, en relation avec le Cnra et l’Artp, à la mise en œuvre d’une doctrine consensuelle de paiement des redevances, d’optimisation de la gestion des fréquences radioélectriques et d’encadrement de leur cession», rapporte le communiqué du conseil. Et dans cette logique, le Président a aussi souligné l’impératif d’actualiser les cahiers des charges opposables aux radios et télévisions, en veillant dans le cadre de l’ancrage de la Tnt, à la spécialisation distinctive des acteurs.

LIRE AUSSI  EDUCATION- Scandale sur plusieurs dizaines de millions au MEN

Développement audiovisuel


La rencontre hebdomadaire du gouvernement a été aussi l’occasion pour le Président Macky Sall de rappeler «son engagement permanent à impulser le développement et la professionnalisation du secteur audiovisuel». Différentes mesures prises dans ce sens ont été rappelées. Il s’agit notamment de l’application intégrale du code de la presse et du soutien financier et fiscal exceptionnel de l’Etat aux entreprises de presse (amnistie fiscale, baisse de 70% des redevances, aide doublée en 2020, création du Fonds d’appui au développement de la presse). A côté de ces mesures, le Président réclame des programmes de qualité. «Le chef de l’Etat souligne, par ailleurs, la nécessité de veiller à la qualité des programmes diffusés sur les radios et télévisions. Ces contenus doivent renforcer la paix sociale, la cohésion nationale, l’autorité de l’Etat et les intérêts du Sénégal.»

Le Quotidien

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet