L’Agence de l’Informatique de l’Etat s’est alliée à la filiale Tata Communications Transformation Services (TCTS) pour l’exploitation de la surcapacité de son réseau de fibre optique.

L’ADIE est finalement passée à l’acte pour la commercialisation de la surcapacité de son réseau de fibre optique. C’est une entreprise indienne du nom de Tata Communications Transformation Services (TCTS) qui a été finalement choisie suite à un appel d’offre dont la procédure n’a pas été dévoilée au public.

« La venue de ce partenaire technique permettra à l’Etat du Sénégal d’avoir des dividendes estimées à hauteur de 4 milliards avec 20% du chiffres d’affaires qui sera produit » a soutenu Cheikh Bakhoum dans l’émission « Le Jury du Dimanche » sur ITV.

Le DG de l’ADIE, d’ajouter que l’appel d’offre a été lancé depuis 2018 sans préciser les conditions de participation.

L’entreprise TATA, spécialisée dans la transformation et la gestion de services de télécommunication, sera chargée de mettre en oeuvre cette surcapacité au service des opérateurs titulaires de licences et des FAI au Sénégal.

L’expérience locale en question?

Seulement, certains spécialistes s’insurgent contre la procédure qui a éliminé dés le départ , les entreprises locales. En effet, les critères imposés aux concurrents lors de l’ appel d’offre international ne donnaient aucune chance à la qualification locale. Ce qui explique ce recul imprévu des entreprises sénégalaises .

LIRE AUSSI  Dématérialisation : Lancement de la plateforme « Girafe », la base de données sur le personnel de l’Etat

Pourtant, il y a de cela quelques mois, l’idée de mettre en place une société privée regroupant des entreprises locales a été soulevée par des spécialistes pour gérer cette surcapacité de l’ADIE.

Selon plusieurs acteurs, « s’il s’agit de compétences et de gestion d’infrastructures , le Sénégal a les compétences requises. Il y a des experts reconnus depuis longtemps ayant travaillé dans de grandes structures télécoms . Une entreprise privée pouvait bien gérer cette affaire « .

TCTS s’est récemment alliée à ADS Group pour réaliser des évaluations de préfaisabilité dans plusieurs pays africains comme la Guinée Conakry, Guinée-Bissau, Sierra Leone, Côte d’Ivoire, Libéria et le Mali afin d’étudier l’infrastructure existante. La filiale indienne va exploiter cette manne d’infrastructures de l’ADIE pour une durée de 15 ans.

TCTS et ADS vont également coordonner dans la fourniture du “Pool numérique ouest-africain”, un projet qui a pour objectif de mettre en place un marché numérique unique en Afrique (« single Africa Digital Market »).

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet