L’économiste, administrateur général de Gaïndé 2000 et président de African Performance Institute (API), Ibrahima Nour Edine Diagne, a insisté, samedi, sur l’importance pour l’Afrique d’ »inventer’’ son champion en e-commerce. 

« Le défi est que l’Afrique doit inventer son champion en e-commerce, parce que si elle ne le fait pas, les champions qui ont été inventés dans les autres continents viendront capter la valeur ajoutée en Afrique », a-t-il mis en garde. M. Diagne intervenait à l’émission en ligne « Comprendre l’Économie » animée par Abdou Diaw, journaliste spécialisé en économie au quotidien national Le Soleil.

 « Le commerce en ligne dans le contexte de la Covid-19 » est le thème du cinquième numéro de cette émission. A cette occasion, Ibrahima Nour Edine Diagne a rappelé que dans ce type de commerce, la valeur ajoutée ne réside pas dans le fait de gagner 10 dollars (5399 francs CFA) en vendant un article. L’essentiel selon lui, ‘’c’est de comprendre comment la transaction a été faite, qui est son opérateur et qui est le propriétaire des informations du client ». 

Selon l’Aps, il explique que « c’est pour cela que les plateformes qui vont venir de plus en plus s’intéresser à l’Afrique, lorsque nous leur ouvrirons nos portes, nous allons en même temps fermer l’avenir d’un futur champion africain dans le e-commerce ».

LIRE AUSSI  Kaymu Summer Tour : La 1ère communauté de shopping en ligne investit les plages pour démocratiser le e-commerce

 De son point de vue, construire un champion dans le e-commerce représente un enjeu stratégique, car ‘’sans champion, l’Afrique ne peut pas exister économiquement ».
 ‘’Si dans 20 ans on n’a pas la capacité de créer des entreprises et des emplois, a-t-il averti, ce sont les Africains qui seront enfermés dans un cercle infernal et dépendront uniquement de l’aide bilatérale ou multilatérale pour pouvoir survivre.’’ 

« Pourtant, on a les moyens, de par nos compétences et de par nos économies, de pouvoir construire une valeur ajoutée qui peut nous mettre dans un confort dans les années à venir. C’est un vrai défi stratégique. C’est le moment de porter le débat économique sur ces questions », a-t-il exhorté.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet