Le stockage des denrées est un défi majeur pour les petits exploitants agricoles du Sénégal. Pour résoudre ce problème, l’entrepreneure Marie Ndieguene a fabriqué des entrepôts écologiques qui utilisent la fraîcheur de la terre pour assurer la conservation des cultures.

La start-up EcoBuilders a développé l’I3S, une solution d’espace de stockage conçue pour résoudre le problème des pertes post-récolte dans l’agriculture au Sénégal. L’unité est construite à partir de pneus, de plastiques recyclés et de matériaux naturels. Elle permet de préserver les produits agricoles sur une longue période en utilisant la fraîcheur du sol. L’I3S utilise les pneus pour ses murs, reliés par des bâtons et des bouteilles en plastique pour plus de stabilité. Des sacs en plastique sont utilisés pour l’isolation et l’unité est ensuite recouverte d’une couche de latérite qui fonctionne comme une enveloppe thermique.

La fondatrice, Marie Ndieguene, est l’ingénieure derrière cette innovation. Elle a conçu l’I3S non seulement pour apporter des solutions de stockage appropriées et abordables aux agriculteurs, mais aussi pour contribuer à la lutte contre la pollution de l’environnement.

« Le développement de cette nouvelle technique de construction va révolutionner le monde agricole. C’est aussi une solution au désastre écologique auquel nous sommes confrontés avec les décharges massives. Nous travaillons avec la communauté pour lutter contre la pollution et l’insécurité alimentaire, en résolvant deux problèmes avec une seule innovation », a-t-elle précisé à la Royal Academy of Engeneering.

Dans les villages sénégalais, les agriculteurs ont des difficultés à conserver les aliments après production. Marie Ndieguene et son équipe ont mené une étude dans quatre localités, et ont constaté que pour 95% d’entre eux, le stockage des denrées est un défi majeur. Les unités de conservation existantes étant très coûteuses, ils vendent rapidement leurs récoltes à des prix peu avantageux, ou subissent des pertes lorsque les récoltes sont abîmées.

L’avantage de l’unité de stockage I3S est qu’elle n’a pas recours à l’électricité pour assurer la conservation des aliments. Selon la conceptrice, la latérite utilisée permet de les conserver pendant une période plus longue que les méthodes autrefois adoptées par les agriculteurs. 

« Les pommes de terre peuvent être stockées jusqu’à 3 mois et les oignons jusqu’à 6, en utilisant le principe de la conservation thermique. Les méthodes de stockage traditionnelles permettent de conserver les pommes de terre deux semaines et les oignons trois », a-t-elle ajouté.

Par ailleurs, en recyclant les pneus et les bouteilles plastiques, EcoBuilders contribue à transformer les déchets en une solution de sécurité alimentaire. La conservation des produits agricoles au moyen de la fraîcheur de la terre présente toutefois quelques limites. Cette méthode ne permet pas de garder trop longtemps des fruits et des légumes fissurés ou découpés, qui risquent de moisir. Elle ne permet pas non plus la conservation de produits laitiers, de poissons ou de viande, qui nécessitent une capacité de réfrigération plus avancée. Elle est plus adaptée aux produits qui ne se décomposent pas rapidement.

En 4 ans, 2 espaces de stockage ont été construits dans deux communautés, préservant environ 245 tonnes de pommes de terre et d’oignons. Son équipe et elle ont également recyclé plus de 20 000 pneus, 20 000 sacs et 30 000 bouteilles plastiques. La solution d’entreposage d’EcoBuilders a été récompensée ce mois par l’Africa Prize of Engeneering Innovation, un prix qui permettra à Marie Ndieguene de gagner en visibilité et d’étendre son activité dans plusieurs localités du pays, voire à l’international.

Aïsha Moyouzame, agenceecofin

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet