Le secteur énergétique africain continue de consolider les partenariats avec les investisseurs allemands et la technologie, dans l’objectif de mener à bien les activités énergétiques en Allemagne, en Europe et dans tout le continent africain. De la chaîne amont-aval, le secteur de l’énergie africain doit accélérer sa transition vers la consommation net-zero, continuer d’adopter de nouvelles technologies et se familiariser avec la numérisation et la décentralisation, au cours de la décennie prochaine.

Le 14ème Forum Germano-Africain sur l’Energie, à Hambourg, organisé par Afrika Verein, poursuit ce dialogue et encourage l’investissement, en mettant l’accent sur le bouquet énergétique africain et la coopération économique entre l’Allemagne et l’Afrique.

Comme l’a déclaré Afrika Verein : “les impacts économiques de la pandémie du Covid-19, les changements climatiques et les transformations digitales continuelles des économies requièrent une réponse rapide, intelligente et écologique de la part du secteur énergétique. La production d’énergie demeure l’un des principaux moteurs pour une croissance économique durable et dynamique en Afrique”. C’est pourquoi la Chambre Africaine de l’Energie approuve et soutient pleinement les efforts du 14ème Forum Germano-Africain sur l’Energie, à Hambourg.

Année après année, Afrika Verein a continuellement maintenu l’Afrique au centre de la politique énergétique et étrangère de l’Allemagne

De la même façon, il est crucial que les entreprises et responsables politiques allemands et africains encouragent les politiques capables de créer un environnement propice à l’investissement, au sein d’une industrie changeante et juste. Les efforts de l’Allemagne vers une transition net-zero ne pourront pas porter leurs fruits si l’Afrique est en retard. La capacité du secteur énergétique africain à soutenir la croissance rapide de la demande en électricité, le déploiement d’infrastructures modernes pour gérer l’énergie plus efficacement, la valorisation du gaz, la combat contre la pauvreté énergétique et l’approche que nous adoptons pour financer la transition de l’Afrique pour une énergie propre, en période post-Covid, font de ce Forum un événement d’autant plus important.

LIRE AUSSI  Cour de justice de la CEDEAO: Le manque d'informaticiens, une entrave à la transition numérique

Le 14ème Forum Germano-Africain sur l’Energie donnera des informations clés sur les marchés stratégiques, les tendances et les opportunités de la prochaine décennie, alors que le secteur de l’énergie soutient une économie mondiale verte.

“Année après année, Afrika Verein a continuellement maintenu l’Afrique au centre de la politique énergétique et étrangère de l’Allemagne. Sa capacité à rassembler les acteurs clés de l’Afrique et de l’Allemagne afin de collaborer sur les affaires énergétiques, en incluant les intérêts allemands et africains, est une source d’inspiration” indique NJ Ayuk, Président Exécutif de la Chambre Africaine de l’Energie.

“Nous allons nécessiter une réelle transition net-zero qui prendra en compte la politique, la régulation, l’innovation, la technologie et l’investissement en Afrique. Une transition chaotique favorise fortement les pertes d’emplois, les inégalités géographiques et une détérioration de l’égalité. En retour, une crise économique peut réduire le soutien public pour les politiques environnementales, au fil du temps. Africains et allemands doivent travailler ensemble pour éviter cela.” Conclut Ayuk.

La Chambre Africaine de l’Energie croit fermentent qu’Hambourg sera la place idéale pour les investisseurs du secteur de l’énergie, les promoteurs de projets, les décideurs politiques et les innovateurs, qui pourront partager leurs connaissances et expériences, en matière de tendances dans le management de transition et les opportunités en Afrique.

LIRE AUSSI  Une start-up congolaise développe Muendo, le web en une seule application

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet