C’est une première mondiale. Le Salvador vient d’adopter le bitcoin comme monnaie légale. Les motivations sont à la fois politiques et économiques. L’impact de la décision sera sans doute faible mais c’est un signal de défiance vis-à-vis du dollar.

C’est un séisme dans le monde des monnaies. Pour la première fois dans l’histoire, un Etat souverain a décidé d’accepter le bitcoin comme monnaie légale. Il est trop tôt pour déterminer l’amplitude du séisme mais le petit monde des monnaies virtuelles est en émoi. Le Congrès du Salvador a en effet approuvé aujourd’hui une loi convertissant le bitcoin en monnaie légale défendue par le président Nayib Bukele afin de dynamiser la croissance du pays d’Amérique centrale. « La présente loi a pour objet la régularisation du bitcoin comme monnaie à cours légal, sans restriction avec pouvoir libératoire, illimité dans toute transaction », stipule le premier article de cette loi, qui doit être soumise pour ratification au chef de l’Etat.

Doper l’économie

Le 5 juin, Nayib Bukele avait annoncé son intention de légaliser le bitcoin, avec pour objectif de générer des emplois et de « permettre une inclusion financière à des milliers de personnes qui sont en dehors de l’économie légale ». Il avait expliqué que « 70% de la population n’avait pas de compte en banque et travaillait dans l’économie informelle ».

Dans l’économie dollarisée du Salvador, les envois de fonds des Salvadoriens depuis l’étranger sont un soutien important équivalant à 22% du produit intérieur brut (PIB). Selon Nayib Bukele, le bitcoin représente « le moyen à la croissance la plus rapide pour transférer » ces milliards de dollars d’envois de fonds et pour éviter que des « millions de dollars » n’aillent dans les poches d’intermédiaires. « Grâce à l’utilisation du bitcoin, le montant reçu par plus d’un million de familles à faibles revenus augmentera de plusieurs milliards de dollars chaque année. Cela améliorera la vie et l’avenir de millions de personnes », a affirmé le président.

LIRE AUSSI  Les monnaies numériques : le summum de l’asservissement financier

Le PIB du Salvador était de 24,61 milliards de dollars en 2020. Si la totalité de son économie basculait dans le bitcoin, cela n’entraînerait pas nécessairement une flambée des cours, la capitalisation du bitcoin étant d’environ 540 milliards de dollars. La probabilité d’un basculement complet est assez faible. Miguel Kattan, secrétaire d’Etat au commerce et à l’investissement, a souligné que le dollar continuerait à être une monnaie légale au Salvador. Les opérations pourront être faites en bitcoin, mais selon sa valorisation en dollars. Le recours au bitcoin serait donc relativement limité.

Motivations politiques

Les motivations du président salvadorien sont complexes. « Nayib Bukele vient de la gauche, explique Maurice Lemoine, spécialiste de l’Amérique latine. Mais il a rompu assez vite avec et il a même reconnu l’opposant Juan Guaido comme président du Venezuela à la place de Nicolas Maduro. » Il s’affiche au départ comme n’étant ni de droite ni de gauche et bénéficie d’un appui populaire réel car il a réussi à pacifier le pays qui comptait l’un des plus forts taux d’homicide.

« Il a été accusé d’atteintes au droit de l’homme, précise Maurice Lemoine, Il a fait entrer l’armée à l’Assemblée nationale pour faire pression sur les députés, ce qui n’est pas très démocratique. D’une certaine façon, il ressemble un peu à Donald Trump dans sa façon de gérer le pays. Du coup, les relations se sont tendues quand Joe Biden est arrivé au pouvoir. L’économie du Salvador est dollarisée. Le pays est donc tributaire d’une politique monétaire extérieure sur laquelle il n’a aucune prise. La décision de légaliser le bitcoin comme monnaie à l’intérieur du pays doit être considérée dans ce contexte politique très particulier. » Le recours au bitcoin est une façon de tenter de s’affranchir des Etats-Unis. « Ca pourrait donner des idées à d’autres pays de la zone dont l’économie est dollarisée comme l’Equateur ou le Panama, poursuit Maurice Lemoine. Mais pour l’instant il n’y a pas d’indication en ce sens. »

LIRE AUSSI  Emploi et entrepreneuriat: Les "Espaces Sénégal Services" sont fonctionnels

Signal économique

En prenant cette décision, le Salvador envoie un signal politique aux Etats-Unis mais il envoie aussi un signal économique. Pour Pierre Rochard, stratège bitcoin de la plateforme Kraken, « la décision du gouvernement salvadorien est une excellente nouvelle ». La FED pratique une politique de « quantitative easing » ou d’assouplissement monétaire depuis plus de dix ans ce qui a abouti à une augmentation de la masse monétaire en dollars. Les craintes d’un retour de l’inflation sont très réelles à tel point que la Deutsche Bank estime que les Etats-Unis sont à la veille de la pire période inflationniste de son histoire.

« Si d’autres pays pouvaient suivre cette voie, cela pourrait réduire l’influence du dollar, estime Pierre Rochard, et permettre aux Etats-Unis de faire les réformes structurelles dont le pays a besoin. » La décision envoie aussi un signal fort aux cryptomonnaies, elle montre qu’un Etat peut avoir une plus grande confiance dans une monnaie virtuelle que dans une monnaie traditionnelle émise par une banque centrale. Certains observateurs sont toutefois très sceptiques quant aux retombées pratiques. Il sera très difficile à une population qui n’a pas accès à internet de remplacer des billets par une monnaie virtuelle. La décision restera probablement symbolique et n’aura pas d’impact réel tant il est difficile de payer des articles courants avec un bitcoin dont le cours est extrêmement volatil.

LIRE AUSSI  L'ancien CEO de Google Africa, Stafford Masie déclare que le Bitcoin changera l’humanité.

Par Challenges

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet