Non seulement, YouTube a déclenché la ruée vers la production vidéo de plusieurs millions de jeunes, artistes… mais c’est aussi l’une des plus grandes plateformes de monétisation de vidéo en ligne.

Obtenir des revenus grâce à ses vidéos ? Cette affirmation concerne désormais deux millions de Youtubeurs inscrits au programme de monétisation de la plateforme. Ces trois dernières années, YouTube a versé 30 milliards de dollars aux créateurs, artistes et entreprises multimédias, appartenant à ce «Programme Partenaire YouTube», lancé il y a 14 ans.

«Aujourd’hui, il reste l’un des principaux moteurs de l’économie des créateurs du monde entier. Ceux qui y participent peuvent générer des revenus et vivre des contenus qu’ils publient sur YouTube grâce à 10 fonctionnalités de monétisation différentes (et bientôt plus)», précise Neal Mohan, chef de produit YouTube. Parmi ces fonctionnalités figurent, par exemple, la diffusion d’annonces publicitaires, la vente de produits ou les partenariats avec des marques. En France, le pourcentage de chaînes qui réalisent un chiffre d’affaires à cinq chiffres ou plus est en hausse de plus de 30%, entre juin 2020 et juin dernier, selon YouTube.

LIRE AUSSI  Publicités durant les vidéos : YouTube teste une offre pour s'en débarrasser

Mais avant de rejoindre ce programme partenaire, quelques critères sont à respecter. Le créateur doit, entre autres, suivre les politiques de monétisation de YouTube, qui incluent le règlement de la communauté – par exemple, ne pas partager de vidéo de désinformation – et les conditions d’utilisations. Il doit également résider dans un pays où le programme est disponible, avoir plus de 1.000 abonnés et compter plus de 4.000 heures de visionnage au cours des douze derniers mois.

Un succès au rendez-vous

YouTube reste l’un des leaders des plateformes vidéos. En 2019, 46 millions de visiteurs uniques français se rendaient chaque mois sur le site. Et le succès est toujours au rendez-vous, avec 4.500 chaînes comptant plus de 100.000 abonnés, soit une augmentation de plus de 20% sur un an. À noter que la hausse est similaire pour les 450 chaînes de plus d’un million d’abonnés. Sur l’ensemble de ces chaînes, YouTube affiche des publicités, qui ont généré 7 milliards de dollars de recettes, lors du deuxième trimestre 2021.

En France, c’est le YouTubeur Squeezie qui se place à la première position du classement avec 16,1 millions d’abonnés, devant l’humoriste Cyprien et ses 14,2 millions d’abonnés. À la troisième place, figure «Norman fait des vidéos», avec 12,1 millions d’abonnés.

LIRE AUSSI  YouTube modifie son algo- Les contenus pour enfants mis en exergue

L’ensemble de cet écosystème participe également au produit intérieur brut français. En 2019, les revenus représentaient 515 millions d’euros de ce PIB. Selon une étude d’Oxford Economics, 15.000 emplois à temps pleins auraient été aussi créés.

Avec Le figaro

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet