Maimouna Abdelhamid Maaruf, docteur en médecine, et deux de ses camarades de la faculté de médecine de N’Djamena exploitent depuis 2019 une application qui permet d’assurer le suivi social et sanitaire des élèves et étudiants.

Le nom de l’application, « Kadja Health », est composé à partir de « kadja » qui signifie « espoir » en sara kaba, une langue locale, et de « health » qui veut dire « santé » en anglais.

Il s’agit d’une infirmerie scolaire, mobile et numérique, qui promeut la santé préventive et sexuelle chez les adolescents et les jeunes en milieu scolaire.

« Pendant que nous étions tous des internes en pédiatrie, nous avons remarqué qu’un nombre important d’enfants tombent malades pour des maladies qui peuvent être bien prévenues. On les hospitalise et leurs rendements scolaires en sont affectés », explique Maimouna Abdelhamid Maaruf, cofondatrice de Kadja Health.

“Cette application a le mérite de permettre aux enfants d’être assidus à l’école et de ne rien rater pour de simples maux de tête ou une simple fièvre”

Mouanodji Mbaissouroum, CHU-RN, N’Djamena

Ce constat a poussé cette dernière et ses camarades à répertorier les établissements scolaires du pays dotés d’infirmerie.

« Malheureusement, sur 861 établissements d’enseignement primaire et secondaire, il n’y avait que six écoles qui disposaient d’une infirmerie ; et parmi celles-là, une seule infirmerie était fonctionnelle. C’est ce qui nous a alarmés et a motivé le lancement de ce projet », révèle la cofondatrice de Kadja Health. Kadja Health est constituée de deux composante, d’un site web et d’un espace réservé aux interventions du personnel médical.

LIRE AUSSI  Toubamajalis, une nouvelle application dédiée à la communauté Mouride

« La première application, téléchargeable sur Play store et iOS, permet de notifier les parents d’élèves sur l’état de santé de leurs enfants quand nous effectuons nos descentes dans les établissements pour faire les suivis réguliers », précise Maimouna Abdelhamid Maaruf.

Ajoutant qu’elle permet aussi de rappeler aux parents de faire un certain nombre de contrôles dans les hôpitaux.

La deuxième application quant à elle a pour principale cible les adolescents. Elle permet aux médecins de discuter avec ces derniers des sujets jugés tabous. « Nous mettons en relation ces jeunes avec une équipe de médecins qui répondent à leurs préoccupations sur des sujets comme la sexualité »assure-t-elle.

Pour les besoins de son fonctionnement, les initiateurs de Kadja Health ont mis en place un relai dans les établissements où ils opèrent. Ils ont notamment installé des tentes qui constituent à peu près un lieu de consultation et un infirmier y est affecté.

« En cas d’urgence, l’infirmier envoie un message sur l’application mobile ou sur nos plateformes digitales et nous nous déployons », explique Maimouna Abdelhamid Maaruf. Cette dernière ajoute que dans les établissements où l’équipe médicale n’est pas déployée, les responsables disposent des accès sur la plateforme.

LIRE AUSSI  WATTPAD : l'amour de la lecture, le Monde caché des adolescentes

Application « innovante»

L’application est déjà utilisée par de nombreux parents. C’est le cas de Ruth Madjiré. « Mon fils a un problème épileptique et quand sa crise commence, je suis toujours obligée d’interrompre mon travail pour répondre présente à son école. Mais avec Kadja Health, il est suivi de près et ses crises sont de moins en moins récurrentes. C’est une grande révolution », témoigne-t-elle.

« Ma fille a avalé une petite pile. C’est un membre de l’équipe qui s’en est rendu compte et a rapidement amené l’enfant à la clinique pour des soins. Dès lors, j’ai compris l’importance d’être abonné à une telle application », avoue pour sa part Jasper Nadjilem, autre parent d’élèves.

Mouanodji Mbaissouroum, enseignant au Centre hospitalier universitaire de référence nationale (CHU-RN), estime que cette application « est innovante » et constitue « une révolution ».

« Il faut aussi dire qu’elle a le mérite de permettre aux enfants d’être assidus à l’école et de ne rien rater pour de simples maux de tête ou une simple fièvre », analyse-t-il.Ismaël Bachar, directeur général du ministère de la Santé renchérit en disant que Kadja Health est une plateforme qui vient « révolutionner un milieu presque vide et en manque de créativité numérique ».

LIRE AUSSI  COVID19- EDUCATION : Apprendre à la maison avec des groupes de soutien scolaire en ligne

« Sur le fond, le projet est futuriste, parce qu’il associe la technologie et la santé. Son caractère préventif est un atout majeur ».

En effet, selon ses concepteurs, le projet vise à permettre aux élèves de ne plus interrompre leurs classes à cause des maladies.

Awards

Cette application a été développée dans un environnement presque vierge. En effet, les rares applications dédiées à la santé sont celles qui permettent le télé-conseil médical, de prendre des rendez-vous pour les consultations prénatales et les vaccinations de nouveau-nés, etc.

Kadja Health a été lauréate des Awards du numérique tchadien en 2019 et du Mandela Fellowship, programme d’excellence américain créé par l’ancien président Barack Obama.

Grâce au soutien du Programme des nations unies pour le développement (PNUD) entre autres, l’application a été déployée dans les différents arrondissements de N’Djamena et dans d’autres provinces comme le Logone oriental et le Lac-Tchad et compte aujourd’hui déjà plus 1 500 abonnés.

Maimouna Abdelhamid Maaruf et ses collègues prévoient d’étendre leur projet sur l’ensemble du territoire national. Ils envisagent aussi d’ajouter d’autres fonctionnalités, en fonction de la demande.

Par Scidev

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet