Depuis quelques années, des dossiers concernant Kabirou Mbodje, patron de Wari, se retrouvent souvent devant la justice à cause de ses collaborateurs.

Alors que la société est presque en faillite et que ses ex-associés le poursuivent en justice pour des montants conséquents (25 milliards), Kabirou Mbodje a été condamné hier dans l’affaire l’opposant à la société “Tap Tap Send”, ayant son siège social en Grande Bretagne et évoluant dans le secteur du transfert d’argent.

Selon l’accusation, Tap Tap Send, pour bénéficier de la plateforme Wari, Tap Tap Send avait signé un contrat avec ce dernier. Dans le document, Tap Tap s’engageait à constituer un dépôt en préfinancement des opérations de ses clients et les sommes non-utilisées devaient être restituées à sa demande. Mais, d’après nos confrères de L’As News, Wari n’a jamais restitué les montants réclamés.

Dans son délibéré rendu ce 8 septembre, le juge de la troisième chambre correctionnelle  a condamné Kabirou Mbodje à une peine de six mois de prison ferme. Il devra aussi payer 2 milliards de F cfa en guise de réparation. Mieux ou pire, le tribunal a ordonné la contrainte par corps au maximum.

LIRE AUSSI  Wari et Mastercard s’allient pour favoriser l’utilisation de la monnaie électronique dans 35 marchés

Rappelons que « Taptap Send est une application qui permet aux gens d’envoyer de l’argent chez eux en Afrique et en Asie instantanément et à des prix très bas. C’est une start-up soutenue par des investisseurs, notamment Reid Hoffman, Omidyar Network et Helios. »

Avec L’As News

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet