L’installation d’un système de vidéosurveillance dans les maisons pour des raisons de sécurité est devenue récurrente au Sénégal. Pour mettre de l’ordre dans ce choix porté par les populations pour veiller leur biens, la CDP pose les conditions qui sont désormais soumises à une déclaration simplifiée depuis 2019.

Cependant, il faudrait respecter certaines conditions pour être en règle.

La CDP recommande que les caméras ne doivent filmer ni la voie publique ni le voisinage. Ensuite, l’enregistrement ne doit pas contenir des données sonores. Donc, « seules les images doivent être enregistrées. »

En plus, de cela, la possédant doit informer « les personnes de la présence d’un système de vidéosurveillance par un panneau ou une affiche.

En outre, notez que les emplacements de caméras  autorisés :
–  les espaces communs du domicile (cour, terrasse, jardin, couloirs, escaliers et balcon) ;
–  à l’entrée du domicile (porte d’entrée, parking du domicile) ;
–  à l’extérieur des cuisines pour éviter de filmer le personnel de maison, s’il en existe, sur leur position de travail.

Toute personne qui possède un système de vidéosurveillance doit garantir la sécurité des images enregistrées avec une durée maximum de conservation fixée à trois mois.

LIRE AUSSI  SMS publicitaires non sollicités : la CDP avertit Expresso Sénégal , mais …

Et si vous faites recours à un sous-traitant, il faut signer un engagement de confidentialité et « permettre aux personnes d’exercer leurs droits ».

La CDP précise que « les traitements non conformes à ces règles feront l’objet d’une déclaration normale. »