mercredi, juillet 6, 2022

Partenariat Public-Privé: Abdoulaye Daouda Diallo à Washington et Londres

0 commentaire

Une délégation conduite par le Ministre des Finances et du Budget Abdoulaye Daouda Diallo, a pris part aux Réunions de Printemps à Washington et rencontres avec des investisseurs du Royaume-Uni à Londres.

Sur instruction de son Excellence Monsieur le Président de la République Macky Sall, une délégation conduite par le Ministre des Finances et du Budget, Monsieur Abdoulaye Daouda Diallo, s’est rendue, successivement, à Washington, pour les Réunions de Printemps du FMI et de la Banque mondiale, ensuite à Londres pour échanger avec divers investisseurs publics et privés souscrivant aux projets inscrits dans le Plan Sénégal Émergent (PSE).
Les Réunions de printemps à Washington ont été l’occasion de rencontrer Monsieur Axel van Trotsenburg, Directeur général des Opérations de la Banque mondiale, ainsi que les Vice-présidents en charge de l’Afrique de l’ouest et du centre, des Infrastructures et du capital humain, le Directeur général de la MIGA et le Vice-président de la Société financière internationale.

Les échanges ont porté sur les orientations stratégiques de l’utilisation du montent de 93 milliards de dollars mobilisé pour les investissements prévus dans les pays membres de la Banque mondiale au cours du cycle IDA20 dont le lancement est prévu en juillet 2022 à Dakar. La délégation sénégalaise a poursuivi le plaidoyer déjà entamé par le Président Macky Sall, dans le cadre des priorités retenues au cours de son mandat à la tête de l’Union africaine. Il s’agit de la transition énergétique juste et concertée, le renforcement de la sécurité alimentaire, la réalisation d’infrastructures de base et le soutien au développement économique dans les zones vulnérables aux risques sécuritaires.


S’agissant de l’impact de la crise en Europe, le Ministre des Finances et du Budget a défendu, auprès de ses pairs du Caucus Africain des Gouverneurs auprès du FMI et de la Banque mondiale, l’urgence, pour l’Afrique, de protéger sa cohésion sociale et sa stabilité, en entreprenant des réponses vigoureuses au triple choc de l’inflation sur les prix des denrées alimentaires, de la crise énergétique et du resserrement de la politique monétaire des banques centrales.

Le lundi 25 avril, la délégation a rencontré, à Londres, Royaume-Uni, les investisseurs détenant des titres eurobond de l’Etat du Sénégal dans les marchés des capitaux internationaux, le Directeur général des Finances de BP, société opérant des projets gaziers au Sénégal, Monsieur Murray Auchincloss – Chief Financial Officer, le Vice-président exécutif de BP en charge de la production et des opérations, Monsieur Gordon Birrell, le CEO de Kosmos Energy, Monsieur Andrew Inglis ainsi que Monsieur Nick O’Donohoe, Président Directeur général de British International Investment (ex-CDC Group) dont les investissements au Sénégal portent sur le nouveau port de Ndayane, les centrales solaires de Kahone et de Kael et celle éolienne de Taïba Ndiaye.


Ces rencontres ont permis de partager les progrès remarquables dans la mise en œuvre de la politique économique du Sénégal et de réitérer l’engagement du Gouvernement à accompagner et soutenir les investissements portés par des entités privés ou publics du Royaume-Uni au Sénégal. Le Ministre des Finances et du Budget a saisi l’occasion de ces rencontres pour souligner l’importance des investissements dans des secteurs clés dont l’énergie, les infrastructures portuaires, le transport terrestre et les chaînes de valeur agricoles pour renforcer la compétitivité et la résilience de l’économie nationale, créant ainsi de la richesse pour améliorer les conditions de vie des populations.


Au terme de sa mission, le Ministre des Finances et du Budget a conclu un appui budgétaire de 300 millions de dollars auprès de la Banque mondiale, soit environ 180 milliards de francs CFA qui sera décaissé en une seule fois, marquant ainsi le plus important montant mis à la disposition dans toutes les séries d’appuis budgétaires. Le Sénégal aura également accès aux financements du nouveau Fonds de Résilience et de Durabilité de 100 milliards de dollars approuvé par le Conseil d’administration du Fonds monétaire international.