Amadou Abdoulaye Diop, Directeur Général de TDS SA a assuré que le Sénégal va finaliser la TNT cette année. il s’exprimait hier lors de la 2e assemblée Générale du réseau africain des télédiffusuers qui s’est tenue hier au Sénégal.

Mise en oeuvre depuis plusieurs années, la Tnt tarde à prendre son envol et à être effective dans le pays. Particulièrement optimiste, le directeur général de la Tds Amadou Abdoulaye Diop tente de rassurer les Sénégalais,
en affirmant que la Tnt sera finalisée cette année.

Aujourd’hui en termes de couverture, indique-t-il, le signal est présent dans les 14 régions, comme c’est le cas de ses collègues dans leurs pays respectifs, mais on fait face à des zones dites blanches. «Il y a des zones où des populations ne sont pas encore couvertes, pour différentes raisons, mais nous sommes dans une dynamique d’optimisation et de renforcement de la densification de nos infrastructures afin de les porter un peu partout» a t-il souligné.

A l’en croire, la TNT est constituée de différentes composantes, et il reste à finaliser les droits de passage avec les éditeurs pour qu’au bout de 6 ou 7 mois de discussions avec les chaînes de télé, on puisse appliquer des tarifs. «En un moment, on s’est inscrit dans le cadre d’une réforme. La télévision n’est pas une activité philanthropique; les chaînes de télé vivent de publicités et de la diffusion de leurs contenus. Il est important que ce service soit tarifé et malgré les difficultés que nous avons en ce moment, il va falloir appliquer cette réforme et aller vers le recouvrement de services ou la tarification de ce service qui est apporté», dit-il en ajoutant que la Tnt sera finalisée cette année et qu’elle est déjà bien engagée en termes d’extension de signal.

«Les grandes régions ont été atteintes et nous sommes en train de discuter
pour voir comment maintenir le signal dans les autres régions
» ajoute-t-il.
A propos de l’assemblée générale, il souligne, après avoir éprouvé le déploiement de la Tnt dans nos différents pays, avoir fait face à différentes problématiques technologiques sur les choix ou les options de compression.

«Nous souhaitons discuter des droits de passage qui sont une question centrale pour la viabilité des opérateurs de diffusion mais surtout pour la pérennité du modèle économique. Cette question est partagée en termes de difficultés par l’ensemble des diffuseurs et on se rend compte qu’il y a des mécanismes à mettre en place pour passer à la résolution définitive», explique-t-il avant d’annoncer qu’ils vont parler également des problèmes de couverture, à travers la densification de nos infrastructures. Ce qui permettra aux usagers de couvrir toutes les populations en garantissant une certaine équité sociale

Le Burkina, seul pays de l’UEMAO a avoir finalisé la TNT

Dans sa présentation, le directeur de l’économie numérique à la commission de l’Uemoa, Abossé Akue Kpapko, révèle que 7 ans après les délais impartis, un seul Etat membre, le Burkina Faso, a pu achever la transition nümérique. «Deux Etats, la Côte d’Ivoire et le Sénégal pourraient
au cours de l’année 2022 achever la transition. Nous avons des difficultés à mobiliser les ressources dans certains Etats membres, bien qu’elles existent
», se désole-t-il