Les Fintech africaines vont bientôt connaitre une régulation et une structuration. En effet, la Banque centrale a lancé cette semaine, le Bureau de Connaissance et de Suivi des FinTech (BCSF) dans le cadre de ses initiatives en faveur de la promotion des innovations financières a appris Socialnetlink.

La banque centrale veut mettre de l’ordre dans les Fintech afin de promouvoir les innovations de ce secteur qui, depuis 10 ans, peine à marcher sur le bon pied pour combler son armada de vides juridiques.

Selon la Banque centrale, le BCSF aura pour mission de «promouvoir le secteur des FinTech en organisant des échanges entre le Régulateur et ces acteurs, devenus  incontournables dans la transformation digitale et la promotion de l’inclusion financière.»

Le recensement effectué dans l’UEMOA, à fin 2021, a permis à la BCEAO de relever que les FinTech interviennent principalement dans la fourniture de moyens et services de paiement, tels que la distribution de monnaie électronique, le transfert d’argent et l’agrégation de paiement. Elles proposent également des plateformes numériques pour le commerce électronique, la gestion de données et de flux financiers.

Pour cela, le BCSF aura pour objectif de recueillir et de traiter toute demande d’information ou d’entretien avec le Régulateur ainsi que tout sujet d’intérêt commun, en rapport avec les innovations technologiques et la régulation du secteur financier.

Ce qui pourrait représenter un début de l’élaboration d’un Plan Comptable adapté aux Fintech à l’image du Plan Comptable Bancaire UEMOA.

Les professionnels des FinTech sont invités à exploiter ce cadre d’échange à travers l’adresse électronique courrier.zbcsf@bceao.int.