Responsable du réseau Yup à Diourbel, Mor Guèye Sine a pompé la faramineuse somme de 506 millions Fcfa dans les comptes de la Sgbs.

Arrêté et attrait devant la barre du tribunal correctionnel de Dakar pour escroquerie, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux en écriture privée de banque, le mis en cause pourrait écoper d’une peine de 3 ans de prison ferme.

Le prévenu devra prendre son mal en patience jusqu’au 23 juin prochain, date du jugement.

En véritable As de l’escroquerie, Mor Guèye Sine, qui est le responsable du réseau Yup Diourbel, a réussi à pomper dans les comptes de la Sgbs la rondelette somme de 506 millions Fcfa. Son modus operandi consistait à se rapprocher des prestataires de Yup en leur faisant croire qu’il était à la recherche de bailleurs pour le financement d’une campagne de crédit initiée par son employeur, filiale de la Sgbs. Pour appâter ses victimes, il leur a promis une commission de 10% chaque quinzaine, sur la base d’un faux contrat.

Trouvant cette offre alléchante, ses victimes ont mordu à l’hameçon. C’est ainsi que Abdou Lahat Diouf, Mame Aminata LÔ, Rama Diop, Bara Seck et Thierno Fall ont versé respectivement 75 millions Fcfa, 127 millions Fcfa, 200 millions Fcfa, 13 millions Fcfa et 91 millions Fcfa au mis en cause via le compte Yup.

Ayant eu écho des malversations de Mor Guèye Sine, ses supérieurs de la Sgbs l’ont traîné en justice pour escroquerie, blanchiment de capitaux, faux et usage de faux en écriture privée de banque. Face au juge du tribunal correctionnel de Dakar, Mor Guèye Sine a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Revenant sur les faits, il indique qu’il a créé cette opération fictive pour éponger ses dettes.

A l’en croire, leur nouveau directeur a découvert les manquants qu’il avait au début du projet en 2017. Raison pour laquelle, il a créé un nouveau produit dénommé «campagne de crédit» afin de rembourser sa dette.

«Les prestataires versaient leur argent dans le compte de Yup, domicilié à la Sgbs. Les fonds étaient directement logés dans leur terminal mobile. Au bout de quelque temps, j’allais à l’agence pour récupérer l’argent», a-t-il raconté. Interrogé sur le faux et usage de faux en écriture privée de banque, il avoue avoir imité la signature du directeur général dans le contrat de Mame Ami- nata Lô.

Pour le blanchiment de capitaux, il révèle avoir acheté quatre véhicules de marque Peugeot et Honda avec l’argent qu’il a grugé.

Le prévenu risque 3 ans de prison

Selon l’avocat des parties civiles, la Sgbs et Yup sont civilement responsables dans cette affaire. Ainsi, Me Assane Dioma Ndiaye a réclamé 200 millions Fcfa pour Abdou Lahat Diouf et Thierno Fall. Son confrère qui assurait la défense des intérêts civils de Rama Diop, Bara Seck et Mame Aminata Lô a sollicité 340 millions Fcfa. Les avocats de Yup et Sgbs ont, quant à eux, indiqué que les parties civiles ont été victimes de leur cupidité. Ils ont demandé 50 millions de francs en guise de réparation. Considérant que les faits ne souffrent d’aucune contestation, le parquet a requis 3 ans de prison ferme et la confiscation des biens du mis en cause. La défense a plaidé une application bienveillante de la loi. Le verdict sera prononcé le 23 juin pro- chain.

SNL avec L’AS