jeudi, septembre 29, 2022

A Dakar, une école forme les jeunes au pilotage de drones pour lutter contre l’immigration clandestine

0 commentaire

Le champ du dispositif de lutte contre l’immigration clandestine s’élargit au Sénégal. A Dakar, Dr Drone s’est appuyé sur la formation en télé-pilotage pour permettre aux jeunes du Pays en général et ceux de la zone littorale en particulier de s’outiller et d’avoir une meilleure insertion professionnelle.

Sous un soleil de plomb, les auditeurs tous vêtus de gilets orange à l’effigie de «MinuteDrone» suivent religieusement les explications de Dr Drone. En alternance entre le pilotage et la législation du secteur, le formateur, devant un drone posé sur le gazon du champ d’application, essaie de plonger ses étudiants dans l’univers d’une aventure passionnante. Nous sommes à Ngor,  sur un terrain spacieux réservé spécialement à la formation.

« C’est une session qui est particulière parce qu’elle a été offerte par Minute Drone à la jeunesse de Ngor. Notre objectif n’est pas uniquement de faire du profit mais de partager une passion avec la jeunesse sénégalaise », avance Mamadou Diop Wade plus connu sous le sobriquet de Dr Drone. En effet, l’expert a tenu une séance de formation pour des jeunes originaires, en majorité, de la commune de Ngor.


A l’en croire, cette session est une réponse à la question de l’immigration clandestine et de l’insertion professionnelle des jeunes : « La première étape, c’est la commune de Ngor et tout prochainement, ce sera la ville de Mbour. Entre ces deux villes, la particularité est que ce sont des zones d’eau et on sait tous qu’il y a la problématique de l’immigration clandestine. Notre réponse à cette problématique est de former ces jeunes afin de leur permettre de trouver du travail ».
Les champs d’application du télé-pilotage sont nombreux. La meilleure connaissance des possibilités offertes par les drones devrait permettre de concevoir encore de nouveaux usages, tout en restant dans le cadre des règles qu’il est indispensable de connaître dans un cadre professionnel. Seulement, Mamadou Diop Wade note que cette session est composée d’un groupe très homogène. Tous n’ont pas été guidés par une passion certaine mais par une soif de découverte.

Une passion nouvellement acquise

Moussa Laye Mbengue, auditeur de la formation se dit très satisfait, lui qui reconnaît avoir eu à utiliser les drones par le passé. Le jeune Mbengue est convaincu que la formation est toujours un plus. Il a voulu renforcer ses capacités et s’est lancé. « Au début, ce n’était pas une passion. Je suis dans le milieu de l’audiovisuelle et de l’infographie et j’ai voulu découvrir des choses annexes », explique-il.
Même son de cloche pour son camarade Seydina Ababacar Ndoye qui tente entre ses deux mains de comprendre les boutons composants son oiseau volant. C’est une nouvelle découverte pour lui. Ce novice de ce secteur estime que c’est toujours avantageux de découvrir de nouvelles connaissances qui renforcent leur savoir-faire : « Cette formation est une première pour moi. Je m’active dans le milieu de l’audiovisuel. Nous sommes conscients que les drones sont devenus incontournables dans nos productions ».

Tous deux originaires de la ville de Ngor, ils partagent les mêmes passions et ambitions. Aux dires de Moussa Laye Mbengue, cette session a été riche en découverte. « La formation m’a permis de bien cerner certaines choses dans le pilotage de drone. C’est surtout une découverte pour nous notamment les fonctionnalités d’un drone, les applications d’accompagnement mais aussi la législation sénégalaise », martèle-t-il.

Un secteur en plein essor au Sénégal

Ce qui est une satisfaction pour Dr Drone. En effet, le métier de télépilote connaît un grand essor au Sénégal, un avis partagé avec Mouhamadou Toure Wade, formateur assistant. Passé de stagiaire à instructeur, sa découverte des drones remonte à 2019 lors d’un stage chez  «Minute Drone». C’est à cette occasion qu’il a eu « la chance » de connaître Dr Drone qui continue de l’inspirer. Sa passion pour les drones est le fruit du hasard ou d’un coup de chance : « J’avais remplacé quelqu’un pour son stage et c’est devenu une passion ». Il révèle que c’est un secteur avec plein d’opportunités.
Aujourd’hui, le sieur Wade a d’autres projets en tête. « Je m’intéresse plus à l’ingénierie puisque c’est mon domaine d’études. Je suis alors plus orienté vers la réparation, la conception et la fabrication de Drones made in Sénégal », avance-t-il avec satisfecit.