jeudi, février 2, 2023

Les mineurs du « Ford B » de Hann bénéficient d’un appui conséquent du Haut-Commissariat aux droits de l’homme à travers le PAPEV.

0 commentaire

Le bureau régional pour l’Afrique de l’ouest du Haut-Commissariat des Nations unies aux Droits de l’Homme, à travers le Projet Régional d’Appui à la Protection des Enfants Victimes de Violations de leurs Droits – PAPEV, financé par l’Agence de Coopération Italienne, a procédé, en collaboration avec la Direction des Droits Humains à la remise d’équipements en faveur des enfants et mineurs du FORD B.

Remise dans le contexte marquant la Journée Mondiale des Droits des Enfants (20 Novembre, cette donation d’une valeur de 12.000 USD est composée d’équipements de literie : lit, matelas, draps, nattes, couverture, de produits d’hygiène et entretiens : savons, grésille, poubelles, de matériels socioéducatif : cahier d’exercice, livres aux programmes, stylos, ballons de foot, maillots.

Présents pour l’occasion dans la cours du Ford B, les mineurs bénéficiaires des équipements ont exprimé leur gratitude à travers des sketches de sensibilisation sur les facteurs qui conduisent un mineur à être en conflit avec la loi dont, entre autres : la pauvreté, la déstructuration des familles, les effets néfastes de la mendicité, le travail des enfants, le phénomène de l’urbanisation déséquilibrée.

 

Selon Souleye Diouf, Directeur des Droits Humains « cette cérémonie de remise de matériels à la Maison d’arrêt et de Correction de Hann est l’occasion de célébrer avec tous les acteurs ici présents la journée internationale des droits de l’enfant autour du thème « L’inclusion pour chaque enfant » ; et de poursuivre « au regard du thème retenu cette année par la Communauté internationale, vous admettrez avec moi que le choix de cette activité au bénéfice des pensionnaires de cet établissement pénitentiaire pour enfant ne relève pas du hasard. Son objectif est en effet de contribuer à l’amélioration des conditions de détention, de prise en charge juridique et judiciaire des mineurs en conflits avec la loi, l’accès aux offres de services pour les enfants victimes, les enfants en danger qui sont accueillis dans cet établissement. »

 

S’exprimant au nom du Haut-Commissariat aux Droits de l’Homme, M. Benjamin Hounton a rappelé le contexte de cette remise ; « qui intervient après une mission d’évaluation des besoins conduite à la prison des mineurs « Ford B » de Han en avril 2022 par la Direction des droits humains et le Bureau Régional du HCDH pour prendre connaissance des défis rencontrés dans la prise en charge des enfants et mineurs en conflits avec la loi. » Et c’est à la suite de cette mission, d’après M. Hounton qu’une requête de financement des besoins identifiés a été transmise au HCDH pour concrétiser la volonté d’améliorer la qualité de la prise en charge des enfants en conflit avec la loi.

La coordinatrice du projet Mme Aminata Kebe est revenue sur les réalisation du projet durant cette première phase de mise en œuvre qui a couvert la période 2019 -2022. Durant cette très courte période de mise en œuvre « Le PAPEV a eu beaucoup d’impacts du point de vue du cadre institutionnel, mais aussi du point de vue de l’amélioration des conditions de séjours des enfants dans les centres d’accueils au niveau national, mais aussi au niveau de la région. Grâce au travail de plaidoyer, plusieurs pays bénéficiaires ont soit adopté un code de l’enfant ou une loi protectrice des enfants, de plus, nous avons pu également élaboré des lignes directrices sur la gestion des centres d’accueils pour enfants. Au Sénégal la mise en œuvre a coïncidé avec la pandémie de COVID-19 et les fonds avaient permis dans l’urgence de retirer près de 5000 enfants des rues afin de les mettre à l’abris et de pourvoir à leurs besoins. » Au total un budget de 86 000 USD a été mobilisé par le projet pour soutenir les efforts déployés par le gouvernement pour protéger les enfants contre les effets de la pandémie liée à la COVID-19 en 2020.  Et en plus, près de 775 acteurs de la chaine judiciaire (Juge tribunal enfant, procureurs, magistrats, policiers, gendarmes, gardes pénitenciers, travailleurs sociaux, éducateurs spécialisé) ont été formes sur l’accompagnement juridique et psychosocial des enfants victimes de violation de leurs droits.

Représentant l’Agence de Coopération Italienne lors de la remise, Mme Eugenia PISANI, Chargée de Programmes Genre et Droits Humains, a indiqué que « cette initiative témoigne ainsi l’engagement de l’Italie dans la protection des droits des mineurs et de la lutte contre toute forme d’abus, en instaurant avec les gouvernements de l’Afrique Ouest un dialogue constructive dans la promotion et la protection des droits des enfants. » D’après Mme PISANI, La coopération entre l’Italie et le Sénégal vise à renforcer le cadre institutionnel de référence pour la prévention et l’élimination de toute forme de violence et d’exploitation des mineurs et date de longue durée.

 

Pour conclure, Mme PISANI a rappelé que l’Italie avait financé le HCDH afin de mettre en œuvre le PAPEV, déclarant « j’aimerais saisir l’occasion aujourd’hui pour vous informer que nous sommes en train de planifier avec le HCDH une deuxième phase du projet afin de pouvoir renforcer l’accompagnement des pays bénéficiers, qui permettra de consolider les acquis réalisés mais surtout de prendre en compte le nouveau contexte qui a fini d’affecter considérablement l’effectivité de la jouissance des droits de l’enfant dans la région ouest africaine. La mise en œuvre de la deuxième phase du PAPEV est dans ce sens une opportunité pour le HCDH et l’AICS de parachever les progrès réalisés afin de permettre aux pays bénéficiaires de disposer de systèmes nationaux de protection de l’enfant plus aptes à faire face à la forte demande de services en matière de prévention, de prise en charge et de promotion des droits. »