lundi, janvier 30, 2023

Le secteur énergétique de l’Afrique a besoin de solutions pratiques, et non réactionnaires, lors du sommet des dirigeants américains et africains à Washington DC

0 commentaire

Nous sommes convaincus que, à l’instar des réunions précédentes entre les dirigeants américains et africains, les événements du très attendu Sommet des dirigeants africains, qui se tiendra du 13 au 15 décembre à Washington, D.C., montreront l’engagement sérieux et durable des États-Unis envers l’Afrique au sens large. Le continent africain, ont dit certains organisateurs, façonnera l’avenir du monde.

Nous sommes convaincus que les dirigeants qui se réuniront à Washington ont les meilleures intentions du monde. Ils seront déterminés à apporter des changements positifs dans tous les domaines, de la gouvernance africaine aux droits de l’homme en passant par la sécurité alimentaire et l’éducation. Les chefs d’État et les chefs d’entreprise et de gouvernement qui se rencontreront lors du Forum des affaires américano-africain du sommet tenteront de bonne foi de faire progresser des partenariats bilatéraux mutuellement bénéfiques en matière de commerce et d’investissement.

Cependant, comme l’histoire l’a démontré, les promesses faites lors de réunions aussi nobles, aussi sincères soient-elles, ne sont souvent pas tenues. L’histoire nous apprend qu’à maintes reprises, les grands idéaux, les bonnes paroles, les engagements pris lors de poignées de main (et même les obligations contractuelles) qui ont été conclus lors de ces réunions ont, pour toutes sortes de raisons, été ignorés, mis de côté, négligés ou jugés trop ambitieux pour être réalisés. (Prenons l’exemple de l’Occident qui s’engage à donner 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour aider les économies émergentes à réduire leurs émissions et à se préparer au changement climatique.  Lorsque l’objectif initial a été manqué, il a été déplacé – et n’a toujours pas été atteint.)

Dans la mesure du possible, chers Messieurs, évitons de construire de tels ponts vers nulle part lors de ce sommet.

Que faire des ressources énergétiques de l’Afrique

Comme vous pouvez l’imaginer compte tenu de l’auteur de cette lettre ouverte, notre véritable objectif est de parler de la question des ressources énergétiques de l’Afrique et des politiques qui prévaudront dans l’utilisation de ces ressources par le continent.

Nous sommes conscients que le thème de l’énergie en Afrique se posera inévitablement, étant donné qu’il est lié à des questions allant de l’effet du changement climatique au potentiel d’industrialisation, d’urbanisation et de croissance économique.

Il ne fait aucun doute que l’énergie en Afrique est un sujet brûlant, opposant, d’une part, les activistes climatiques qui veulent que le continent garde ses considérables actifs en hydrocarbures (y compris les réserves de gaz naturel récemment découvertes) dans le sol et, d’autre part, ceux qui reconnaissent que les combustibles fossiles ne peuvent être abandonnés en Afrique à court terme si le continent espère réellement sortir les gens de la pauvreté énergétique – et réelle.

Sous la bannière de la «justice climatique», la plupart des pays développés ont mis fin au financement public de nouveaux projets africains d’exploitation de combustibles fossiles – ce qui ne les a pas empêchés de financer, voire de subventionner, leurs propres activités dans le domaine des hydrocarbures ou de chercher fébrilement à obtenir davantage d’hydrocarbures pour une Union européenne menacée par une guerre non provoquée et injuste. Les nations riches prétendent que, parce que l’Afrique est plus vulnérable que la plupart des autres régions aux graves effets du changement climatique, le continent doit abandonner ses opportunités pétrolières et gazières, et les améliorations économiques et sociales qui en découlent, et passer aux énergies renouvelables – MAINTENANT. En fait, Messieurs, l’impact réel des futures crises climatiques sur les Africains est en réalité exacerbé par leur état actuel d’appauvrissement. Sans le niveau minimal de développement et d’infrastructure, les Africains sont confrontés à des conséquences plus graves PARCE QU’ils ne disposent pas des accessoires de développement – logement, électricité, alimentation et équipements personnels – que les personnes du monde développé utiliseront à titre individuel pour se défendre contre toute dégradation climatique rampante. En d’autres termes, pour donner aux Africains une chance égale de survivre aux catastrophes climatiques du futur, donnons-leur les ressources nécessaires pour qu’ils atteignent le niveau de protection personnelle dont disposent les autres habitants du monde.

Les ressources en hydrocarbures de l’Afrique doivent être considérées dans le contexte mondial, et non dans un vide.

Premièrement, comme on le sait, dans la mesure où les gaz à effet de serre sont à l’origine du changement climatique, le problème n’est pas le fait de l’Afrique elle-même.

On sait de façon irréfutable que l’Afrique produit une quantité infinitésimale de gaz à effet de serre et qu’elle a les plus faibles émissions par habitant de toutes les régions du monde.

Lors d’un événement organisé pendant la COP 27, Fatih Birol, directeur général de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), a rappelé aux participants que l’Afrique, où vit un cinquième de la population mondiale, ne contribue actuellement qu’à 3 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

En quoi la monétisation des réserves de gaz naturel de l’Afrique changerait-elle ce chiffre ? Pas beaucoup, surtout si l’on considère les avantages qu’en retireraient les Africains au quotidien.

Selon M. Birol, si le continent mettait en production toutes ses découvertes de gaz naturel, il ajouterait 90 milliards de mètres cubes (mmc) d’énergie utile d’ici à 2030. Les deux tiers de cette quantité pourraient être utilisés pour les besoins domestiques – entre autres pour fournir de l’énergie aux 600 millions d’Africains qui n’ont toujours pas accès à l’électricité et pour sevrer les 900 millions d’Africains (principalement des femmes) qui dépendent de la biomasse pour cuisiner des produits dangereux – et le reste serait exporté, et même dans ce cas, la quantité de gaz à effet de serre provenant d’Afrique n’augmenterait que de 3,4 %, «ce qui n’est rien», a déclaré M. Birol.

Pourtant, le monde s’efforce de maintenir cette solution hors de notre portée.

Deuxièmement, ce sont les pays qui ont prospéré grâce à l’industrialisation à base de combustibles fossiles qui souhaitent nous refuser le même privilège. En dépit du fait que les combustibles fossiles ont permis la révolution technologique et ont entraîné des améliorations massives de la qualité de vie et de la longévité dans le monde entier – toutes choses dont l’Afrique a besoin, qu’elle mérite et pour lesquelles elle dispose des moyens en hydrocarbures – les grandes économies veulent que nous arrêtions d’utiliser le pétrole et le gaz naturel dès que possible.

Mais, comme l’a déclaré Miriam Hinostroza, économiste de l’environnement au Programme des Nations Unies pour l’environnement, il n’en est pas question. Interdire les combustibles fossiles au cours de la prochaine décennie, a-t-elle déclaré, « n’est pas une réalité » – du moins pas sans retombées économiques et sociales.

Parfois, la priorité des pays est la croissance économique, qu’ils ne peuvent obtenir qu’en utilisant des combustibles fossiles – ils sont encore bon marché, les technologies sont là, il y a de nombreuses centrales électriques [et] ils ne peuvent pas [tout d’un coup] se débarrasser de ces centrales, a déclaré Hinostroza.

L’économiste Vijaya Ramachandran va même plus loin.

« Il n’est pas juste que les pays riches luttent contre le changement climatique au détriment du développement et de la résilience climatique des pays à faible revenu », a écrit Mme Ramachandran pour nature.com. Au lieu de cela, elle suggère l’adoption de critères de financement qui prennent en compte la croissance économique parallèlement à l’impact climatique, où les pays ayant « un revenu par habitant plus faible, de faibles émissions ou une utilisation élevée d’énergie verte sont jugés plus éligibles pour les projets de développement qui dépendent des combustibles fossiles. » Un exemple : utiliser les 4,2 billions de mètres cubes (tcm) de gaz naturel le long de la frontière entre la Tanzanie et le Mozambique pour étendre l’accès à l’électricité et générer des revenus bien nécessaires dans deux « pays à faible revenu et à faibles émissions ».
Troisièmement, un monde sans combustibles fossiles ne reflète pas les réalités actuelles du marché, notamment l’habitude qu’ont les Européens de garder leurs maisons et leurs entreprises au chaud et bien éclairées, surtout pendant un hiver sombre et venteux. Oui, dans un monde parfait, le vent soufflerait toujours, le soleil brillerait toujours et la Russie n’aurait jamais envahi l’Ukraine, ce qui signifie que les approvisionnements en gaz naturel circuleraient toujours sans entrave en Europe.

Mais comme rien de tout cela n’existe, depuis juin, l’UE est revenue à l’utilisation du charbon, la source d’énergie la plus sale (même si au moins elle a interdit les importations de charbon russe). D’une manière ou d’une autre, les responsables européens pensent qu’ils peuvent franchir cette étape sans « faire dérailler leurs objectifs climatiques à plus long terme ». Et même si le Parlement européen a qualifié les investissements dans les centrales gazières et nucléaires de respectueux du climat, une pression constante est exercée pour que le gaz africain reste dans le sol, et les défenseurs des énergies renouvelables affirment qu’il ne devrait y avoir aucun nouvel investissement dans les infrastructures qui permettraient d’acheminer le gaz africain vers l’Europe.

Quatrièmement, malgré les arguments selon lesquels les investissements dans le secteur des combustibles fossiles en Afrique sapent l’énorme potentiel des énergies renouvelables africaines, la croissance est déjà en cours. La plupart de l’électricité en Éthiopie, au Kenya, au Malawi, au Mali, au Mozambique et en Ouganda provient de l’énergie hydroélectrique, et plusieurs autres pays ont pris des mesures pour développer d’autres énergies renouvelables par le biais de l’élaboration de politiques, de la collaboration régionale et de la promotion des investissements.

Le problème, cependant, est que les investissements dans les projets de production d’énergie éolienne, solaire, géothermique et autres énergies renouvelables du continent n’ont atteint que 2,6 milliards de dollars en 2021, soit le niveau le plus bas depuis 11 ans.  Sur les 434 milliards de dollars investis dans les énergies renouvelables dans le monde, la part de l’Afrique n’était que de 0,6 %. Avant que l’Afrique ne puisse s’engager plus pleinement dans un avenir à faible émission de carbone, il faut des stratégies mondiales pour mobiliser des capitaux dans les énergies renouvelables, et le monde doit honorer les promesses de milliards de dollars qu’il a déjà faites.

Évitons d’être ad hoc sur le rôle de l’Afrique dans la lutte contre le changement climatique

Comme beaucoup d’entre vous le savent, les délégués à la COP27 ont convenu de créer un fonds destiné à indemniser les nations les plus pauvres lésées par le changement climatique. Les pays éligibles se trouvent en Afrique, en Asie, dans le Pacifique et dans les Caraïbes.

Les réactions à cette annonce ont été très diverses, allant des acclamations aux affirmations de paternalisme (voire de racisme), en passant par l’aveu sincère de certains scientifiques qu’il est difficile à ce stade d’évaluer les dommages causés par le changement climatique en termes aussi régionaux ou de dire si un événement météorologique spécifique est même dû au changement climatique.

Puis il y a eu ceux qui ont demandé si, au lieu de recevoir des dollars pour pertes et dommages, les nations africaines pouvaient être payées pour garder les hydrocarbures dans le sol, évitant ainsi les gaz à effet de serre qu’elles émettraient. Bien entendu, ces « réparations », comme elles ont été vaguement (et, d’un point de vue juridique, inexactement) appelées, dépendent de la capacité des Nations unies à réunir les 290 à 580 milliards de dollars nécessaires chaque année pour faire fonctionner le fonds pour pertes et dommages. Et comme nous le savons, quelles que soient les bonnes intentions, il n’est pas toujours facile de les concrétiser.

En ce qui concerne spécifiquement les ressources énergétiques de l’Afrique, nous encourageons les participants à promouvoir un développement durable de l’Afrique, y compris l’accès universel à l’énergie – en reconnaissant que cela nécessitera une variété de sources d’énergie.  L’Afrique possède trop de pétrole et de gaz naturel pour être ignorée, surtout lorsqu’ils peuvent être utilisés pour élever les gens au niveau du mode de vie dont la plupart des Américains bénéficient depuis des décennies. L’Afrique ne doit pas être le banc d’essai d’un avenir uniquement fondé sur les énergies renouvelables parce que le monde est pris de panique à cause des émissions. Nous devons fixer une limite quelque part lorsqu’il s’agit d’externalités négatives. M. Ramachandran a déclaré que l’Afrique avait besoin d’infrastructures énergétiques fiables, et non de l’hypocrisie du monde riche. Pour paraphraser Benjamin Attia et Morgan Bazilian de la Colorado School of Mines, limiter l’utilisation des combustibles fossiles en Afrique peut aggraver la pauvreté et les inégalités tout en ne permettant pas de réduire les émissions mondiales de gaz à effet de serre, d’autant plus que l’utilisation des combustibles fossiles se poursuit dans le monde entier.

Finalement, chers délégués, nous demandons ceci

La Chambre Africaine de l’Energie n’écrit pas cette lettre avec animosité, et n’est pas neutre sur l’importance de la détente entre les Etats-Unis et l’Afrique sur l’ensemble des questions qui sont à l’ordre du jour du Sommet. En effet, nous sommes franchement reconnaissants de l’approche robuste adoptée par la nouvelle administration américaine sur les questions de coopération entre les États-Unis et l’Afrique. Nous applaudissons les dirigeants américains pour leur engagement continu avec nous ainsi qu’avec divers présidents africains. Mais tout observateur de l’indécision croissante quant à l’avenir de l’utilisation par l’Afrique de ses ressources pour son propre bien-être doit convenir que le sommet offre une chance de sortir de l’impasse de la transition énergétique et de proposer des solutions à la double obligation de l’Afrique de soutenir des politiques intelligentes en matière de climat tout en s’efforçant de mettre fin au vaste déficit énergétique et à la pauvreté économique du continent.

Nous savons que, pendant trois jours à Washington, D.C., chacun travaillera à l’obtention de résultats tangibles et mesurables. Ce que nous espérons, c’est que, tout au long des événements, les parties gravitent vers un compromis mutuel et l’amélioration générale des conditions en Afrique.

Mais surtout, nous demandons à tous ceux qui participent au sommet de ne faire que des promesses qu’ils peuvent tenir. Le temps des gestes vides est terminé. Aujourd’hui, il faut agir. Le véritable test de la réussite du sommet ne sera pas les reportages qui suivront, mais les résultats que nous verrons dans les mois et les années à venir.

 

Par NJ Ayuk, Président exécutif, Chambre africaine de l’énergie