vendredi, mai 24, 2024

Rapport ITIE 2021/2022 : 300 milliards de FCFA générés dans le secteur extractif

0 commentaire

300 milliards de FCFA, c’est la somme générée  dans le secteur extractif au Sénégal entre 2021 et 2022 selon les deux rapports de l’exercice 2021 et du premier semestre 2022 publiés ce jeudi à Dakar par le Comité national de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives (CN-ITIE). 

Le secteur extractif, généralement minier, est un pilier essentiel pour l’émergence du pays. Les autorités sénégalaises sont « convaincues » que cela passe en amont par une transparence. Ces deux rapports sont ainsi en droite ligne avec la volonté politique de l’Etat du Sénégal. Selon le Pr Eva Marie Coll Seck, présidente du CN-ITIE, ces rapports ont été obtenus avec le concours des entreprises qui ont commencé depuis quelques temps à envoyer au jour le jour les résultats avec des données qui sont très précises. À la fin de l’année, explique-t-elle, les autorités compétentes vont regrouper tout cela pour faire un rapport annuel.

Dans sa présentation, l’ancienne ministre de la Santé a fait savoir que les revenus du secteur extractif ont connu une hausse de 38,99 milliards par rapport à l’année fiscale 2020 (soit 21,8%). En termes de revenus, plus de 300 milliards F CFA ont été générés entre 2021 et début 2022. Cependant, les responsables estiment que les dépenses sont insuffisantes pour atténuer l’impact environnemental, ainsi que la contribution des sociétés minières au titre du fonds de réhabilitation des sites miniers payé à la Caisse des dépôts et consignations. Les montants sont estimés respectivement à 469 124 271 F CFA et 735 560 357 F CFA, parmi les chiffres clés du rapport ITIE 2021. Globalement, Pr Eva Marie Coll Seck fait état de 4 milliards F CFA. Un montant qui reste insuffisant, estime-t-elle.

Le total des revenus générés par le secteur extractif au Sénégal en 2021

Le total des revenus générés par le secteur extractif au Sénégal en 2021

Même si le secteur extractif a généré une somme considérable, les acteurs de la société civile n’ont pas manqué de donner leur point de vue sur la question. Le collectif « Publier ce que vous payez », à travers son vice-président Cheikh Tidiane Cissé, a noté des manquements sur la répartition des richesses. « Les recettes augmentent d’année en année mais ce qui est regrettable, c’est qu’on ne sent pas l’impact dans les communautés. Il y a des entreprises qui font des efforts mais ça reste parce qu’il y a un fossé entre les recettes tirées de ces industries extractives et l’investissement dans les secteurs sociaux de base comme l’éducation, la santé. », a-t-il déclaré.