Télécommunications

Kenya: Le régulateur télécoms gèle le processus d’externalisation de l’audit de la qualité des services télécoms

L’Autorité des Communications du Kenya (CAK) a décidé de suspendre le processus d’externalisation de l’audit de la qualité des services télécoms. D’après le site d’informations nation.co.ke, la décision découle de la cherté des offres qui lui ont été soumises par les entreprises intéressées.

L’Autorité des Communications du Kenya (CAK) a décidé de suspendre le processus d’externalisation de l’audit de la qualité des services télécoms. D’après le site d’informations nation.co.ke, la décision découle de la cherté des offres qui lui ont été soumises par les entreprises intéressées.

« L’autorité continuera donc la collecte de données en utilisant ses propres ressources internes, jusqu’à ce que l’affaire soit réexaminée. », a révélé le régulateur télécoms. Une fois toutes les opportunités étudiées, la CAK décidera si oui ou non, elle poursuit l’externalisation.

Les entreprises qui avaient exprimé leur intérêt pour fournir à la CAK des services d’audit de la qualité des services télécoms, sont au nombre de quatre. Il s’agit de Broadband Communications, agissant comme succursale de la société allemande Rhodes & Schwartz; la société allemande Sigos GmbH ; les sociétés française Lillybelle et Infovista TEMs.

Lire aussi : Kenya : KETRACO accorde à Liquid Telecom l’exploitation de son câble de fibre optique terrestre pendant 10 ans

En 2016, après moult protestations des entreprises de télécommunications, la CAK avait décidé de revoir sa méthode d’évaluation de la qualité des services télécoms offerts aux populations. Elle avait à cet effet proposé un nouveau cadre d’audit qui ne porterait plus uniquement sur le service voix, mais intègrerait aussi la data, les messages textes et l’expérience client. Le régulateur télécoms envisage d’expérimenter cette nouvelle méthode en 2018.

Source : Ticmag

Comments

comments

Comments
To Top