mercredi, juillet 6, 2022

Cybercriminalité : La justice sénégalaise et les effets pervers d’Internet…

1 commentaire

Face au développement d’Internet, le Sénégal est confronté à de nouvelles problématiques dites émergentes. Afin de mieux prendre en charge cet aspect, le Centre de renforcement de l’Etat de droit et des institutions judiciaires a organisé un atelier autour du thème ‘’Etat de droit et institutions judiciaires face aux problématiques émergentes’’.

Au Sénégal, l’utilisation accrue d’Internet par les populations a donné naissance, ces dernières années, à de nouveaux délits insérés à ce jour dans le lot des problématiques émergentes. La corruption, la cybercriminalité, la protection des mineurs face aux importants flux de contenus pornographiques, le blanchiment d’argent, le terrorisme et la violation des données à caractères personnels sont autant de questions auxquelles le Centre de renforcement de l’Etat de droit et des institutions judiciaires (Credij) veut apporter des réponses sur le plan juridique.

En atelier, hier, sous la présidence du garde des Sceaux Ismaïla Madior Fall, magistrats et avocats ont réfléchi autour de plusieurs thèmes relatifs aux problématiques émergentes, en vue d’élaborer un plan stratégique pour pouvoir contenir les effets pervers d’Internet.

Pour le ministre, la justice est de plus en plus confrontée à ces questions qui doivent être résolues par l’éducation, la sensibilisation des citoyens, avant de penser à la modification de la législation et au volet répressif. ‘’Il s’agit de prendre en compte ces questions sur le plan intellectuel, faire de la recherche et de procéder à leur vulgarisation pour que tous les acteurs concernés soient mis à niveau. Il est aujourd’hui question de réfléchir ensemble, avec tous les magistrats et d’avoir une compréhension commune des problématiques émergentes et d’avoir des axes stratégiques pour mieux les prendre en charge’’, dit-il.

 

Avec enqueteplus