C’est un grand coup de filet que La Section de recherches (Sr) de la gendarmerie de Colobane a réalisé, ce samedi 2 novembre en interpellant 49 cybercriminels à Ouakam. Une bande d’ailleurs connue chez nos voisins ivoiriens et qui ont déjà fait de nombreuses victimes.

Ils étaient dans le viseur de la Section de recherches depuis quelques temps et la surveillance des gendarmes a eu raison de leurs agissements criminels. Mais selon nos informations, ces cybercriminels ont eu le temps de causer beaucoup de dégâts et de victimes selon le site limametti.com visité par socialnetlink

L’enquête a d’ailleurs révélé que c’est un célèbre opérateur téléphonique qui a plus fait les frais de cette affaire, avec une importante somme d’argent dérobée. Un casse qui aurait pu être plus grave si ce dernier n’avait pas découvert des failles dans son système et qui lui ont mis la puce à l’oreille.

C’est donc suite à une plainte déposée par l’opérateur en question qui avait constaté des dysfonctionnements dans son système, que les enquêteurs s’étaient lancés aux trousses des malfaiteurs. Des informations avaient ainsi permis d’établir que la bande opérait à Dakar à l’aide de puces enregistrées frauduleusement au nom de Sénégalais. Une bande dont les membres se présentaient comme des vendeurs de pièces détachées établies dans notre capitale.

Lire aussi l’article : Etat des lieux de la cybersécurité et de la cybercriminalité au Sénégal ( Rapport)

C’est donc, munis de toutes ces informations que les gendarmes de Colobane ont fait une descente musclée, ce samedi, à Ouakam. Une opération largement couronnée de succès, puisqu’elle a permis de mettre la main sur 49 cybercriminels. Selon toujours les informations à notre disposition, il s’agit, pour l’essentiel, d’étrangers venant des pays anglophones et francophones de la sous-région dont l’âge moyen tourne autour de moins 35 ans.

Lors des différentes perquisitions, les gendarmes mettront ainsi la main sur 64 ordinateurs de dernière génération, des téléphones portables en majorité des IPhone X et même XI, du matériel bureautique, des réfrigérateurs et des meubles.

A ce stade de l’enquête, nos sources d’informer que le même réseau a eu un précédent puisqu’il a déjà causé des malheurs en Côte d’Ivoire où il a pu amasser un butin estimé à près de 400 millions de francs Cfa et en Sierra Léone où aucun montant n’a été avancé. A Dakar, où il semblait opérer pour la première fois, ils ont rapidement été identifiés grâce à la vigilance de la Section de recherches.

Quid du butin réalisé ? Difficile à estimer à ce stade de l’enquête.

Placés en garde à vue depuis samedi dans les locaux de la Section de recherches pour les besoins de l’enquête, les auditions devront permettre de connaître le nombre exact de victimes et les montants dérobés et bien sûr le modus operandi et leurs complices ?