Réseaux Sociaux, smartphones, tablettes, ordinateurs… elle est partout . Pas un seul moment sans sa présence. La plateforme Opera News a fini d’occuper la toile africaine depuis quelques années.

Que vous soyez en Côte d’ivoire, au Cameroun ou bien même au Sénégal, la plateforme a répandu ses tentacules sur le web avec comme stratégie , utiliser le contenu des médias africains sans en contrepartie demander une autorisation ni un soutien financier à l’endroit des créateurs de contenus..

Une manne financière qui échappe aux médias : le cas du Sénégal

L’environnement médiatique en ligne assez mal organisé au Sénégal a été une opportunité pour Opera News pour faire son bamboula médiatique sans se faire inquiéter avec un gros budget de communication digitale. Disponible sur mobile à travers son application, la filiale utilise frauduleusement tous les contenus des sites sénégalais sans problème.

Avec un système appelé curation via l’Intelligence Artificielle , Opera News arrive à récupérer tous les articles des sites web sénégalais afin d’alimenter sa plateforme médiatique en temps réel selon vos centres d’intérêt. Le plus désolant est que même pour faire une campagne digitale afin  d’augmenter le nombre de téléchargement de son application, elle se permet d’utiliser les articles locaux des médias sans autorisation. Ce qui constitue une violation selon la loi sénégalaise.

La Côte d’ivoire se révolte

Depuis sa présence en Cote d’ivoire, Opera News n’avait pas dérogé à la règle , mais c’est après constant des professionnels de ce secteur que l’entreprise a compris qu’il fallait faire quelques choses pour la presse ivoirienne.

Pour ne pas que sa technique soit vue et sue de tout le monde, Opera News a signé des partenariats avec certains médias pour calmer le jeu.

Le Sénégal pas encore au diapason

Au Sénégal tel n’est pas le cas. L’entreprise continue son jeu mal intentionné pour vivre sur le dos de la presse.

“ C’est une grosse violation et nous saisirons les autorités compétentes pour stopper cette hémorragie” soutiennent plusieurs administrateurs de sites sénégalais qui voient leur logo et articles utilisés par Opera News.

Selon eux, il est “inadmissible qu’une plateforme pille les sites sénégalais sans autorisation parce que cela constitue un grand manque à gagner énorme pour la presse sénégalaise qui a toujours défendu ses intérêts”.

Socialnetlink.org  a tenté de joindre à plusieurs reprises les responsables de la plateforme  via mail et sur les réseaux sociaux pour avoir leur avis , mais depuis une semaine, nous n’avons reçu aucune réaction.

En attendant la réaction des associations de défenses des droits de la presse, Opera News continue son opération de pillage du contenu des sites sénégalais.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet