Depuis le début de la crise sanitaire, le Sénégal a engagé d’importantes dépenses dans le cadre du Plan de résilience économique et sociale (PRES) doté d’un budget de 1000 milliards de FCFA.

Il vise à soutenir le secteur de la santé, les populations vulnérables, les Sénégalais vivant à l’étranger, la stabilité macroéconomique et financière, les entreprises pour le maintien des emplois, la sécurisation de l’approvisionnement régulier du pays en eau, électricité, carburant, médicaments et denrées alimentaires de première nécessité.

Ce plan a pu être financé grâce aux appuis de la communauté internationale, au recadrage budgétaire, aux dons et contributions des bonnes volontés et au recours aux instruments de financement disponibles sur le marché.

Lire aussi l’article : BAISSE DE LA CROISSANCE: L’économie mondiale et des mesures à l’interne, paramètres de la relance

La persistance de la pandémie réduit la visibilité sur les perspectives économiques à moyen et long terme. Toutefois, la mise en œuvre du Plan de relance économique nationale (PREN) en cours d’élaboration par le Gouvernement devrait renforcer les conditions de stabilité macroéconomique et de perspective d’une reprise économique porteuse de croissance qui positionnerait le Sénégal sur sa trajectoire d’avant la crise sanitaire.

Pour mémoire, le Sénégal, qui est aujourd’hui considéré sur les marchés financiers sous-régional et international des capitaux comme émetteur étatique de référence, a toujours respecté ses engagements financiers auprès de ses créanciers.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet