« Le témoin » vous révèle cette information qui risque d’éclabousser l’agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (Asecna). Ce, à une semaine de l’élection du directeur général prévue le lundi 14 septembre prochain.

Tenez ! Vendredi 04 septembre dernier, une employée de l’Asecna-siège a quitté Dakar pour Nouakchott, la capitale mauritanienne. But de la mission ? Rencontrer un ministre mauritanien pour lui glisser un « cadeau ». Le ministre en question devait être persuadée de tordre la main au candidat mauritanien Hassen Ould Ely afin qu’il jette l’éponge ! Ou alors à pousser la Mauritanie à soutenir le candidat du Niger si toutefois un second tour devait avoir lieu à Dakar. La porteuse de valise a-t-elle été reçue en audience par le ministre en question ? « Non ! » rétorque une source très bien informée dans la capitale mauritanienne. « Oui ! » jurent d’autres mauvaises langues. Toujours est-il que le voyage de la dame a été fuité au point de créer un profond malaise au niveau de toutes les représentations ou agences de l’Asecna en Afrique.

Lire aussi: Direction de l’Asecna: le candidat mauritanien mis en cause dans une affaire de corruption

Face à cette situation, un très haut cadre de l’Asecna-siège (Dakar) a été immédiatement dépêché hier, lundi, à Nouakchott pour jouer aux sapeurs-pompiers. Malheureusement, « Le témoin » quotidien a appris qu’aucune autorité mauritanienne ne voulait recevoir l’émissaire dakarois pour éviter d’être mêlée de loin ou de près à cette histoire qui pue la corruption à mille lieues. nous sommes convaincus que le président mauritanien, son excellence Mohamed Ould cheikh El Ghazouani, qui incarne une gouvernance de rupture saluée par tout son peuple, va faire ouvrir une enquête pour connaitre les véritables raisons de l’arrivée de cette Mata Hari de l’Asecna à Nouakchott à quelques jours du scrutin communautaire.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet