L’autre faux Kocc qui a été arrêté en début est un vrai maitre chanteur, un vrai prédateur s37uel qui faisait le tour du pays pour coucher et filmer ses §bats avec ses proies, dépassant la centaine, Serigne D. Niasse, est finalement tombé entre les mailles du filet mis en place par la gendarmerie de Kebemer, le 3 septembre dernier.

Dans sa parution du jour, le journal l’Observateur rapporte que le présumé prédateur sexuel âgé de  plus de 40 ans est actuellement placé sous mandat de dépôt en attendant son procès pour collecte d’images à caractères pornographiques, chantage sexuel et extorsion de fonds.

S’agissant du lourd paquet d’accusation qui plane sur la tête de D. Niasse, nos confrères expliquent que l’homme dissimulé sous un faux compte Facebook, parvenait à manipuler ses proies.

Lire aussi: Ils créent un groupe Facebook et de faux profils pour arnaquer…

 «Dissimulé derrière l’écran de son ordinateur, il parvenait à manipuler ses proies. Son modus-operandi, révélé par l’accusation, consistait à cibler des femmes sur Facebook en leur envoyant des demandes d’amitiés avec un faux profil. Simone Sandré était son Pseudo et il avait même poussé la supercherie en ajoutant la photo d’une Européenne. Une fois qu’elle avaient mordu à l’hameçon, le piège se refermait alors sur elles. En les faisant miroiter un pactole de 500 euros au moins (environ 325 000 F Cfa), il les persuadait d’envoyer des vidéos obscènes d’elles.

Lire aussi: Arnaque, Faux profil : Comment Facebook peut détruire votre vie en un clic …

Par la suite, selon igfm qui a repris nos confrères de L’obs, «il entrait de nouveau en scène, pour leur demander de jouer un film p02n0 pour le compte d’un autre homme, sauf que c’était toujours lui, avec un profil différent. Et comme il fallait s’y attendre, il faisait chanter ses victimes.», lit-on dans le journal l’Obs.

La même source informe également que, «dans la procédure, Serigne D. Niass est reproché de procéder d’utiliser la menace de divulguer leurs photos et vidéos où elles s’affichaient nues, si celles-ci ne lui versaient pas de l’argent en retour. D’autres fois, elles achetaient sa discrétion au prix fort de leurs corps, avec des faveurs sexuelles.»

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet