La Private Infrastructure Development Group (PIDG), à travers le Emerging Africa Infrastructure Fund (EAIF) a investi 8,3 milliards de francs Cfa, soit 15 millions de dollars canadiens dans une émission d’obligations en monnaie locale sur le marché des capitaux par le Port Autonome de Dakar (Pad) du Sénégal. Cette levée de fonds marque le début du processus de relocalisation du port de la capitale et de ses opérations sur un nouveau site, le Port de Ndayane.

La Private Infrastructure Development Group investit 8,3 milliards de francs Cfa via Emerging Africa Infrastructure Fund, dans le projet de construction du port de Ndayane.  Emerging Africa Infrastructure Fund  indique à travers son site internet que cette levée de fonds permettra au Pad de financer les phases 1, 2 et 3 du déménagement du port de Dakar du centre de la ville vers un port en eau profonde à 35 km par mer et à 70 km par route du site existant.

Lire aussi l’article : Emprunt Obligataire : le Port de Dakar récolte plus de 94 milliards et clôture par anticipation

Le port, explique-t-on, fera partie de la nouvelle zone économique spéciale qui comprend l’aéroport international de Dakar, qui a ouvert en 2017. Aussi, est-il souligné que de nouvelles liaisons routières et ferroviaires relieront le port et l’aéroport à Dakar et au réseau de transport régional. Les obligations à sept ans auront un taux de coupon de 6,60%, confie le texte.

En ce sens, Roland Janssens, directeur chez Ninety One, manager de l’EAIF déclare que «Soutenir les zones d’entreprises autour des principaux ports est un objectif stratégique de développement économique essentiel du PIDG et de l’EAIF. Il en va de même pour le renforcement des marchés financiers locaux ». Pour lui, le Port autonome de Dakar doit être félicité pour sa vision et son ambition. Car argue-t-il, le nouveau port contribuera à faire du Sénégal une économie internationale plus compétitive et aura des avantages pour l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest.

Pour sa part, El Hadji Mbacké Fall, PDG de Invictus Capital & Finance qui était le principal arrangeur de l’émission obligataire souligne qu’«en tant que spécialiste régional des marchés de capitaux, Invictus est fier d’avoir pu utiliser son expertise et ses connaissances locales pour aider à la naissance d’une infrastructure aussi importante pour le Sénégal et l’Afrique de l’Ouest ». A l’en croire, le succès de l’émission est un signe encourageant de l’attractivité du Sénégal auprès des investisseurs internationaux.

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet