De nos jours, les technologies de l’information et de la communication ont un rôle important dans la valorisation de l’agriculture à différents niveaux. C’est dans ce cadre que le programme pour la compétitivité des filières mangue, oignon et les services liés aux TIC doté d’un budget 3, 5 millions d’euros (près de 2, 3 milliards de francs Cfa), a été lancé ce lundi à Dakar par le Sénégal, l’Union européenne (UE) et le Centre du commercial international (ITC).


 Cette initiative entre dans le cadre du volet Sénégal du Programme d’appui à la compétitivité de l’Afrique de l’ouest (PACAO).
 La cérémonie officielle de lancement s’est déroulée dans un hôtel dakarois en présence de la ministre sénégalaise du Commerce, des Petites et Moyennes entreprises, Aminata Assome Diatta, de la Déléguée de l’UE au Sénégal, Irène Mingasson, et de la directrice adjointe de l’ITC, Dorothée Tembo qui intervenait depuis Genève.

Lire aussi: Investissements au profit de l’agriculture : 21 réseaux de jeunes agripreneurs en formation à Dakar


 Le Sénégal fait partie des pays bénéficiaires du PACAO financé par l’UE à travers le 11e Fonds européen de développement (FED) pour la mise en œuvre du Programme indicatif régional pour l’Afrique de l’ouest.
 Ce programme vise à développer des chaînes de valeur régionales porteuses en termes de valeur ajoutée locale, de potentiel d’exportation et de création d’emplois directs, en particulier pour les femmes et les jeunes.
 Le PACAO-Sénégal, mis en œuvre en par le Centre international de commercial international (ITC), couvre trois chaînes de valeur : la mangue, l’oignon et les services liés aux TIC.

LIRE AUSSI  Sonatel lance son Academy : La 1ère école de codage gratuite au Sénégal
boubacar mbodj ministere du commerce


 Selon l’APS, le programme, doté d’un budget de 3, 5 millions d’euros, a débuté en avril 2020 et se poursuivra jusqu’en avril 2023.
 Il vise l’émergence des sociétés de coopératives à vocation commerciale basées sur l’Acte Uniforme de l’Organisation pour l’harmonisation en Afrique du droit des affaires (OHADA) sur les filières mangue et oignon.
 La ministre du Commerce a souligné le rôle déterminant des sociétés coopératives, estimant qu’elles doivent être encadrées et outillées afin d’atteindre les objectifs de production de mangues et d’oignons répondant aux exigences du marché européen et mondial.
 Aminata Assome Diatta a assuré que son département jouera sa partition dans la mise en œuvre de ce programme dont les comités technique et de suivi seront installés dans les prochains jours.

Lire aussi: Afrique- L’agritech compte plus de 33 millions d’utilisateurs


 ’’Commercer, exporter plus en volume et en valeur n’est toutefois pas suffisant. Derrière cet objectif d’accroissement des flux commerciaux, l’ITC cherche l’impact visant à la création d’emplois en milieu urbain et rural avec des revenus décents permettant d’améliorer les conditions de vie des populations’’, a déclaré Dorothée Tembo, directrice adjointe de ITC.
 Pour la Déléguée de l’UE au Sénégal, ‘’le PACAO nous donne l’opportunité de souligner deux aspects fondamentaux pour une relance durable et inclusive : la compétitivité et l’intégration en Afrique et l’appui au Micro, petites et moyennes entreprises’’.
 ’’L’UE telle qu’elle existe aujourd’hui est le résultat d’une évolution progressive d’une construction brique par brique vers toujours plus d’intégration’’, a dit Irène Mingasson.

LIRE AUSSI  Sénégal: Comment obtenir une carte nationale de la presse

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet