Plus d’une semaine après l’annonce des résultats des élections générales, les réseaux sociaux sont toujours bloqués dans le pays. Les autorités avaient décidé de couper tout internet la veille du scrutin du 14 janvier. La connexion avait finalement été rétablie partiellement lundi. WhatsApp, Facebook, Twitter et autres réseaux sociaux restent en revanche inaccessibles. Un blocage largement contourné par la population.

Malgré le blocage des réseaux sociaux depuis presque deux semaines, de très nombreux internautes ougandais continuent de poster des publications sur Facebook et Twitter grâce à des VPN.

Selon Rfi, le ministre des Technologies de l’information et des communications, Peter Ogwang, s’est exprimé dans les médias locaux pour dénoncer l’usage de ces réseaux privés virtuels. Selon lui, les autorités ont les moyens de couper les sites proposant leur téléchargement, et dans un deuxième temps, de bloquer la connexion des personnes qui les utilisent déjà.

Sur Twitter, il a également mis en garde les Ougandais qui contournent les restrictions dans le but d’inciter la population à la violence, en affirmant être lui-même en ligne afin de pouvoir les repérer.

Lire aussi: 1,3 milliards de shillings ougandais piratés chez Airtel, MTN et Stanbic Bank

Pour l’instant, aucune date de rétablissement des réseaux sociaux n’a été annoncée. Le porte-parole du gouvernement, Ofwono Opondo, avait déclaré lundi que la remise en service partielle d’internet serait étendue en « fonction des événements lors de la phase initiale d’ouverture ». Il avait alors conseillé aux internautes, « en particulier ceux de l’opposition », de ne pas utiliser la connexion « pour promouvoir des messages de haine et des menaces. »

LIRE AUSSI  Cyber chantage et extorsions de fonds: les techniques des cybercriminels dévoilées

COMMENTAIRES

Je donne mon avis sur le sujet